Série sur la biofabrication : Centre de production de produits biologiques

Maria Aubrey : Préparer dès maintenant l'intervention du Canada en cas de futures pandémies

Au début de la pandémie de COVID-19, le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) a confié à Maria Aubrey la tâche ambitieuse d'aider à renforcer la résilience du Canada dans ses interventions en cas de pandémie, en supervisant la construction du nouveau Centre de production de produits biologiques à Montréal, ce qu'elle a accompli avec une diligence incroyable en une dizaine de mois.

Maintenant que la phase de construction du Centre de production de produits biologiques est achevée, Mme Aubrey, qui exerce les fonctions de vice-présidente des Initiatives stratégiques du CNRC, est à même de présenter ses réflexions sur ce qui a permis de mener à bien une tâche aussi difficile si promptement. Elle attribue cette réussite au travail acharné et à l'altruisme de son équipe. « Lorsqu'une pandémie ou une autre situation d'urgence survient, les gens se mobilisent, explique-t-elle. Dès que la crise de la COVID-19 a éclaté, tous les intervenants concernés ont immédiatement uni leurs efforts pour cerner ce qui devait être fait et ont aussitôt pris des mesures, qu'il s'agisse d'injecter des fonds au bon endroit pour faciliter la mobilisation des parties essentielles de la chaîne d'approvisionnement ou de trouver des solutions novatrices en peu de temps. »

Maria Aubrey

« Partout au pays, les gens se sont entraidés pour se consacrer à un travail crucial : protéger la santé et la sécurité des Canadiens. »

Maria Aubrey

Bien que Mme Aubrey s'empresse d'attribuer cette réussite au grand dévouement des intervenants des différents ministères et organismes gouvernementaux et des partenaires de l'industrie, sa vaste expérience en gestion de projet, mise à profit pour guider le processus, a assurément contribué à ce succès. « On nous a confié un mandat dont la portée était précise. Devant un projet de cette envergure, il est facile de tomber dans la paralysie décisionnelle si l'on ne maintient pas le cap sur notre objectif et nos priorités ou si l'on tarde à prendre des décisions. »

Elle explique que l'un des plus grands défis que son équipe a dû relever a été de prendre les décisions nécessaires en fonction de risques calculés. « Nous avons accompli tant de choses si rapidement en prenant des décisions au moment opportun à chacune des étapes et en nous appuyant sur l'expertise de l'équipe pour mener à bien le processus, tout en surveillant les résultats et en ayant la capacité d'apporter des rajustements et de corriger le tir au besoin. »

Et maintenant, à quoi s'affairent Mme Aubrey et son équipe? Ils continuent de soutenir leur rythme accéléré pour se concentrer sur la mise en service, la qualification et la validation du Centre de production de produits biologiques, en vue de présenter une demande de licence d'établissement de produits pharmaceutiques auprès de Santé Canada. Cette licence, qui est exigée pour tout établissement de produits pharmaceutiques canadien, prouvera la conformité du Centre aux bonnes pratiques de fabrication.

En parallèle, le CNRC travaille également avec le fabricant Novavax, avec qui a été établi le premier partenariat pour la création un vaccin candidat, afin de réaliser le transfert de technologie. Ce transfert permet d'établir le processus à suivre, étape par étape, pour la fabrication exacte du produit au Centre de production de produits biologiques.

Mme Aubrey résume ce qui la motive comme suit : « Je ne suis pas née au Canada; j'ai choisi d'être Canadienne. L'équipe et moi sommes extrêmement fiers de ce qui a été accompli jusqu'à présent par chacune des personnes qui ont contribué à cette réussite afin d'aider notre pays durant cette période critique. »

Le Centre de production de produits biologiques

Le 31 août 2020, le premier ministre et le ministre de l'Innovation, des Sciences et de l'Industrie ont annoncé que le gouvernement du Canada investirait 126 millions de dollars pour que le CNRC conçoive, construise et qualifie une nouvelle installation de biofabrication à son emplacement de l'avenue Royalmount à Montréal.

Une fois que le Centre de production de produits biologiques sera pleinement opérationnel, ses capacités de biofabrication permettront de réaliser de bout en bout le processus de fabrication de vaccins et de produits thérapeutiques. Ses bioréacteurs auront une capacité d'environ 4 000 litres par mois; si l'on se fonde sur un ratio de 500 doses par litre, cela signifie que le Centre pourrait produire environ 2 millions de doses de vaccin par mois.

Grâce à cet investissement dans l'industrie de la biofabrication au Canada, la population canadienne bénéficiera d'un outil efficace de lutte contre la pandémie de COVID-19, de même que d'une installation à la fine pointe de la technologie pour aider à la protéger contre toute future pandémie.


Article précédent de la série :

Série sur la biofabrication : Medicago

Ceci est le dernier article de la série

Parcourez la galerie sur la biofabrication