Nous devons établir une cible ambitieuse et quantifiable et travailler de concert en vue de l'atteindre. En ce qui me concerne, notre position actuelle au classement n'a pas d'importance. Ce qui importe, c'est notre vélocité, la vitesse à laquelle nous nous améliorons. Accélérons la transmission du savoir. C'est ce qui limite le rythme de croissance. Si nous pouvons tirer profit des pratiques exemplaires et diffuser les connaissances plus rapidement que les autres, alors nous réussirons. Nous serons à l'avant-garde.

Charles Deguire, co-fondateur, Kinova Robotics

Situation actuelle du secteur de la fabrication de pointe

La fabrication de pointe désigne le développement et l'adoption de technologies novatrices pour mettre au point de nouveaux produits, améliorer des processus et établir des méthodes de travail plus efficientes et rentables. Tous les segments de la chaîne de valeur sont connectés — de la R-D et la conception jusqu'à la production et à la distribution — ce qui permet de créer de nouveaux modèles à valeur ajoutée, comme la fabrication en tant que service, qui vise à optimiser la production grâce à la mise en place de réseaux de partage d'installations et d'équipement.

En bref

Le secteur manufacturier apporte une contribution importante à l'économie Canadienne.

Le secteur de la fabrication stimule les collectivités Canadiennes.

  • Il regroupe 80 000 établissements manufacturiers qui constituent les moteurs économiques des collectivités d'un bout à l'autre du pays.Notes de bas de page 4

Le secteur attire des investissements au Canada.

  • En 2012, 29 % des investissements directs étrangers au Canada visaient le secteur manufacturier.Notes de bas de page 5

Les forces du Canada sont nombreuses.

  • Des entreprises de premier plan sont établies au Canada, dont :
  • Capacités avancées dans les domaines suivants :
    • poudres métalliques destinées à la fabrication additive (deux des cinq plus gros fournisseurs du monde sont établis au Canada)Notes de bas de page 9
    • biofabrication, dont les cellules souches et les produits biologiques
  • Solide collaboration entre l'industrie et le milieu universitaire en matière de recherche
  • Grappes de recherche émergentes, dont le Réseau canadien sur la recherche et l'innovation en technologies d'usinage et le réseau pancanadien de la fabrication additive

Le canada fait face à certains défis.

  • Concurrence mondiale en hausse, surtout en provenance des économies émergentes.
  • Adoption inégale de la technologie et faible productivité.
  • Coûts variables en raison de la fluctuation des prix des produits de base et du dollar.
  • Croissance lente de notre principal marché d’exportation, soit les États-Unis. Pénurie de main-d’oeuvre qualifiée et de travailleurs dotés de compétences numériques.

Le canada pourrait tirer profit d’occasions clés.

  • Le secteur manufacturier se tourne maintenant vers des activités de grande valeur (c.-à-d. qui ne sont pas strictement fondées sur les produits primaires).
  • Le Canada est fort dans les segments axés sur le savoir et dans les domaines à la fine pointe de la technologie, comme l’IA.
  • Le Canada devient plus mobile. L’automatisation et la robotique appuient la délocalisation régionale pour les mandats internationaux, ce qui permet aux petites économies industrialisées de livrer concurrence.
  • L’économie du Canada est ouverte et diversifiée.

Thèmes prioritaires

La technologie et la concurrence mondiale continuent de perturber le secteur de la fabrication et d’offrir de nouvelles possibilités. Les entreprises manufacturières canadiennes doivent faire de l’innovation une stratégie concurrentielle et investir dans des solutions technologiques de pointe pour saisir ces nouvelles occasions. Dans cette perspective, la Table sur la fabrication de pointe a ciblé les quatre thèmes prioritaires suivants :

  1. Attraction de mandats internationaux
    Investissements d’entreprises multinationales — apportent des capitaux pour financer la R-D, les machines et le matériel, procurent des emplois bien rémunérés aux Canadiens et créent des grappes pour appuyer les nouvelles entreprises de plus petite taille et les intervenants de la chaîne de valeur. Le Canada doit attirer et conserver ces investissements pour assurer le développement durable de son écosystème manufacturier. En un premier temps, la Table étudie des mesures qui permettent d’élaborer une proposition de valeur canadienne, y compris un bassin de travailleurs ciblés ayant les compétences voulues, une compétitivité sur le plan des coûts, une harmonisation en matière de réglementation et d’octroi de permis, et une réponse souple aux possibilités.
  2. Expansion des entreprises
    Il s’agit pour les entreprises d’être en mesure de rivaliser sur la scène internationale, de pénétrer de nouveaux marchés et de répondre à la nouvelle demande. Les membres de la Table travaillent à cerner les difficultés qui freinent l’expansion des entreprises canadiennes, en mettant l’accent sur l’accès aux talents, aux capitaux et aux marchés d’exportation. La Table est à la recherche de possibilités pour permettre aux entreprises canadiennes de « progresser par dépassement » en partageant des pratiques exemplaires dans un écosystème solide, et augmenter considérablement le nombre d’entreprises à forte croissance au pays.
  3. Accélération de l’adoption de la technologie
    Les technologies de pointe aident les fabricants à réduire leurs coûts de production et à accroître leur productivité et leur compétitivité à l’échelle internationale. Le Canada doit se positionner comme chef de file mondial en matière de nouvelles technologies qui permettent d’améliorer la productivité, les résultats et la capacité concurrentielle en accélérant l’adoption de l’innovation et en cultivant un marché intérieur plus réceptif à l’innovation. Il peut s’agir d’intensifier les investissements dans les machines et le matériel, d’amener ceux qui conçoivent des technologies et ceux qui les adoptent à trouver ensemble des solutions pertinentes, et à préparer les entreprises canadiennes à participer aux chaînes d’approvisionnement numériques.
  4. Préparation des travailleurs pour les emplois de demain
    Les nouvelles technologies donnent lieu à de nouvelles possibilités et exigent de nouvelles compétences. Les stages et l’apprentissage par l’expérience seront importants pour préparer la prochaine génération de travailleurs ayant des connaissances en TI au domaine de la fabrication de pointe. Pour que le secteur atteigne ses buts, il faut également miser sur la participation des travailleurs qualifiés issus de bassins de talents traditionnellement sous-exploités, comme les Autochtones, les Canadiens handicapés et les femmes. Pour faire connaître les perspectives de carrière dans le domaine de la fabrication de pointe, la Table est à la recherche de façons de présenter l’« usine de l’avenir » comme étant le milieu de travail de demain — un « maker-space », axé sur les technologies et respectueux de l’environnement.

Membres de la table de stratégies économiques sur la fabrication de pointe