Comparution devant le comité permanent sur l'industrie, science et technologie par le Ministre du Développement économique et des langues officielles – Le 24 novembre 2020

Le 24 novembre 2020

Maintenir les couts des entreprises à un faible niveau pendant la Covid-19

Question :

Comment le gouvernement du Canada s'y prend-il pour maintenir les coûts à un faible niveau pour les petites et moyennes entreprises?

Messages clés :

  • Le plan d'intervention économique du Canada pour répondre à la COVID-19 a contribué à protéger des millions d'emplois, à fournir un soutien d'urgence aux familles et à maintenir les entreprises à flot tout au long de la pandémie.
  • Le Canada est désormais mieux préparé à une reprise économique durable.
  • Le gouvernement du Canada a mis en place un certain nombre de mesures de redressement pour aider les entreprises à maintenir leurs coûts d'exploitation à un faible niveau pendant la pandémie de COVID-19.
  • Par exemple, une fois adoptée, la nouvelle Subvention d'urgence du Canada pour le loyer fournira aux organismes admissibles touchés par la COVID-19, un soutien direct et facilement accessible au loyer et à l'intérêt hypothécaire jusqu'en juin 2021.

Contexte :

Nouvelle Subvention d'urgence du Canada pour le loyer (SUCL) et nouvelle mesure de soutien en cas de confinement 

La nouvelle Subvention d'urgence du Canada pour le loyer, annoncée le 9 octobre 2020, fournirait aux organismes admissibles touchés par la COVID-19, un soutien direct et facilement accessible au loyer et à l'intérêt hypothécaire jusqu'en juin 2021. Cette subvention serait versée directement aux locataires, tout en offrant également un soutien aux propriétaires. En outre, elle soutiendrait les entreprises, les organismes à but non lucratif et les organismes de bienfaisance qui ont subi une baisse de revenus, en subventionnant un pourcentage de leurs dépenses, selon une échelle mobile, jusqu'à un maximum de 65 % des dépenses admissibles jusqu'au 19 décembre 2020.

Une nouvelle mesure de soutien aux locataires commerciaux a été annoncée le 2 novembre 2020. Une fois adoptée par la loi, cette mesure offrirait 25 % de plus par l'intermédiaire de la Subvention canadienne d'urgence du Canada pour le loyer aux organismes admissibles qui sont assujettis à un confinement et qui doivent fermer leurs portes ou limiter considérablement leurs activités en vertu d'une ordonnance de santé publique. Conjointement, cela signifierait que les entreprises durement touchées par un confinement pourraient recevoir une aide au loyer pouvant atteindre 90 %.

Aide d'urgence du Canada pour le loyer commercial (AUCLC) 

L'AUCLC offre des prêts-subventions aux propriétaires d'immeubles commerciaux admissibles afin qu'ils puissent abaisser d'au moins 75 % ou annuler les loyers des petites entreprises locataires touchées par la COVID-19 pour les mois d'avril à août 2020. Le 8 septembre 2020, le gouvernement a annoncé la prolongation de l'AUCLC d'un mois pour inclure le mois de septembre 2020. Au début d'octobre 2020, le gouvernement a versé plus de 1,8 milliard de dollars en soutien au loyer, par l'intermédiaire de l'AUCLC pour les petites entreprises. Cette initiative a permis d'aider plus de 130 000 petites entreprises, soutenant 1,18 million d'emplois au Canada. Le processus de demande de l'AUCLC destinée aux petites entreprises est terminé.

Subvention salariale d'urgence du Canada (SSUC) 

La SSUC a été lancée pour éviter de nouvelles pertes d'emploi, encourager les employeurs à réembaucher les travailleurs qu'ils ont dû mettre à pied en raison de la COVID-19, et aider les entreprises canadiennes et d'autres employeurs à mieux se positionner pour reprendre plus facilement leurs activités régulières après la crise. La prolongation de la SSUC jusqu'en juin 2021 continuera de protéger les emplois en aidant les employeurs à maintenir les employés sur la liste de paie et à réembaucher leurs travailleurs. La subvention salariale resterait au taux actuel pouvant atteindre 65 % des salaires admissibles jusqu'au 19 décembre 2020.

Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC) 

Le CUEC accorde des prêts sans intérêt pouvant atteindre 40 000 dollars aux petites entreprises et aux organismes à but non lucratif, afin de les aider à couvrir leurs frais de fonctionnement pendant une période où leurs revenus ont été temporairement réduits. Le 9 octobre 2020, le gouvernement a annoncé qu'il élargirait l'admissibilité au CUEC pour permettre aux entreprises et aux organisations à but non lucratif admissibles d'accéder à un prêt sans intérêt pouvant aller jusqu'à 20 000 dollars, en plus du prêt initial de 40 000 dollars du CUEC. La moitié de ce financement supplémentaire serait radié, s'il est remboursé avant le 31 décembre 2022.

En outre, le 9 octobre 2020, le gouvernement a annoncé que la date limite de demande au titre du CUEC était prolongée jusqu'au 31 décembre 2020 et qu'une attestation de l'impact de la COVID-19 sur l'entreprise sera nécessaire pour accéder au financement supplémentaire. Au 22 octobre 2020, plus de 778 000 prêts au titre du CUEC ont été approuvés, représentant un total de 31 milliards de dollars de fonds. Le 26 octobre 2020, le gouvernement a annoncé que le CUEC serait désormais ouvert aux entreprises utilisant des comptes bancaires personnels.

Fonds d'aide et de relance régionale (FARR)

Le FARR est un fonds unique et spécial, administré par les agences de développement régional (ADR), qui a été conçu pour soutenir précisément les entreprises, les organisations et les communautés économiquement touchées par la pandémie de COVID-19 et qui ont été incapables d'avoir recours aux mesures de soutien actuelles. Bien que les paramètres diffèrent légèrement selon le volet, la programmation comprend des fonds remboursables et sans intérêt jusqu'à 40 000 dollars pour les petites entreprises, selon des conditions similaires à celles offertes par le CUEC. Le 2 octobre 2020, le gouvernement a annoncé qu'il fournirait 600 millions de dollars supplémentaires pour soutenir les travailleurs et les entreprises par l'intermédiaire du FARR. Cet investissement supplémentaire porte le soutien total du FARR à plus de 1,5 milliard de dollars. Depuis le lancement du Fonds en mai, plus de 12 000 entreprises ont été aidées par l'intermédiaire du FARR, ce qui a permis de protéger près de 95 000 emplois dans tout le Canada.

Préparation et approbations

Personne-ressource du SCSM : Philippe Renoir, Directeur, 343-291-3865
Approbation du SCMS : Jason Bett, Directeur générale, 343-291-3722
Approbation du secteur : Etienne-René Massie, Directeur générale, SAMPE, 343-291-1882
Personne-ressource du secteur : Jenifer Pilon, Directrice, SAMPE, 343-291-3057

Financement de FedNor versé à Skritswap

Question :

En quoi le financement versé par le gouvernement du Canada à Skritswap bénéficie-t-il aux résidents du Nord de l'Ontario?

Réponse proposée :

  • Dans ce cas particulier, un prêt remboursable de 800 000 $ à la société d'IA Skritswap a été versé afin d'appuyer une femme entrepreneure pour contribuer à la croissance de son entreprise dans le Nord de l'Ontario.
  • On estime que la société a déjà eu des retombées économiques de 600 000 $ dans le Nord de l'Ontario et que d'autres retombées locales devraient s'accumuler au cours des prochaines années.
  • Au fur et à mesure que la société va de l'avant, on prévoit qu'elle offrira des emplois bien rémunérés dans le domaine de la technologie de pointe aux personnes vivant dans le Nord de l'Ontario.
  • FedNor est en contact avec l'entreprise et nous surveillons étroitement la situation.
  • L'entreprise est pleinement consciente que si elle ne parvient pas à respecter les paramètres établis par FedNor, elle devrait immédiatement rembourser les fonds reçus et elle a clairement indiqué un engagement permanent à créer des emplois dans le Nord de l'Ontario.
  • Nous demeurons engagés envers la croissance de l'économie dans le Nord de l'Ontario ainsi que dans l'ensemble de nos régions.

Contexte :

Fondée en 2013 par Melissa Kargiannakis, Skritswap est une société d'IA établie à Sault St. Marie, Ontario. Elle a remporté plusieurs prix pour les entreprises, par exemple le fait d'être nommée au sein des 20 plus grandes entreprises de la Canadian Innovation Exchange (CIX). Skritswap prend des documents complexes, par exemple des documents médicaux, des ententes sur l'assurance, et des politiques en matière de vie privée, et remplace la terminologie technique par un langage facile à comprendre.

En juin 2019, le gouvernement a annoncé un prêt sans intérêt de 800 000 $ par l'intermédiaire de FedNor afin de commercialiser sa plateforme alimentée par l'IA. Le financement permettra à Skritswap de rendre l'information plus accessible par l'intermédiaire de sa plateforme de conversion de documents. Le financement vise également à promouvoir des emplois technologiques bien rémunérés dans le Nord de l'Ontario dans un domaine émergent, tout en faisant des contributions importantes à la chaîne d'approvisionnement et à la croissance dans l'économie locale. De plus, depuis 2017, FedNor a travaillé avec le Sault Ste. Marie Innovation Centre, l'Université Algoma et la ville sur une initiative de grappe en TIC afin de cerner les différentes possibilités en TIC et de relever les défis liés aux TIC.

En juillet 2019 et une fois de plus en octobre 2020, les médias locaux de Sault St. Marie ont déclaré que la société n'utilisait pas son financement fédéral pour promouvoir la croissance localement, mais qu'elle soutenait des emplois situés dans des régions urbaines du Canada et les É.-U. La société a signalé à ISDE que la difficulté qu'elle éprouvait à trouver des talents locaux qualifiés servait à illustrer la question d'un écart en matière de compétences dans la région. D'autres entreprises technologiques dans la région ont signalé des difficultés similaires.

Au cours des 20 premiers mois du projet, la société a eu des retombées économiques estimées à 600 000 $ dans le Nord de l'Ontario par l'intermédiaire de dépenses liées aux salaires, à la comptabilité, à la tenue de livres de compte, au marketing et aux dépenses bancaires.

Aider les PME à obtenir du financement pendant la Covid-19

Question :

Comment le gouvernement du Canada aide-t-il les petites et moyennes entreprises à obtenir le financement nécessaire pour poursuivre leurs activités?

Messages clés :

  • Le plan d'intervention économique du Canada pour répondre à la COVID-19 a contribué à protéger des millions d'emplois, à fournir un soutien d'urgence aux familles et à maintenir les entreprises à flot tout au long de la pandémie.
  • Le Canada est désormais mieux préparé à une reprise économique durable.
  • Le gouvernement du Canada soutient les petites entreprises en leur offrant un accès rapide à des fonds par l'entremise d'institutions financières.
  • Par exemple, le Programme de crédit aux entreprises (PCE) offre un soutien essentiel pour aider les entreprises à couvrir leurs coûts, et le Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes offre aux petites entreprises et aux organismes à but non lucratif un prêt sans intérêt pouvant atteindre 40 000 dollars.

Contexte :

Nouvelle Subvention d'Urgence du Canada pour le Loyer (SUCL) et nouvelle mesure de soutien en cas de confinement 

La nouvelle Subvention d'urgence du Canada pour le loyer, annoncée le 9 octobre 2020, fournirait aux organismes admissibles touchés par la COVID-19, un soutien direct et facilement accessible au loyer et à l'intérêt hypothécaire jusqu'en juin 2021. Cette subvention serait versée directement aux locataires, tout en offrant également un soutien aux propriétaires. En outre, elle soutiendrait les entreprises, les organismes à but non lucratif et les organismes de bienfaisance qui ont subi une baisse de revenus, en subventionnant un pourcentage de leurs dépenses, selon une échelle mobile, jusqu'à un maximum de 65 % des dépenses admissibles jusqu'au 19 décembre 2020.

Une nouvelle mesure de soutien aux locataires commerciaux a été annoncée le 2 novembre 2020. Une fois adoptée par la loi, cette mesure offrirait 25 % de plus par l'intermédiaire de la Subvention canadienne d'urgence du Canada pour le loyer aux organismes admissibles qui sont assujettis à un confinement et qui doivent fermer leurs portes ou limiter considérablement leurs activités en vertu d'une ordonnance de santé publique. Conjointement, cela signifierait que les entreprises durement touchées par un confinement pourraient recevoir une aide au loyer pouvant atteindre 90 %.

Aide d'Urgence du Canada pour le Loyer Commercial (AUCLC)

L'AUCLC offre des prêts-subventions aux propriétaires d'immeubles commerciaux admissibles afin qu'ils puissent abaisser d'au moins 75 % ou annuler les loyers des petites entreprises locataires touchées par la COVID-19 pour les mois d'avril à août 2020. Le 8 septembre 2020, le gouvernement a annoncé la prolongation de l'AUCLC d'un mois pour inclure le mois de septembre 2020. Au début d'octobre 2020, le gouvernement a versé plus de 1,8 milliard de dollars en soutien au loyer, par l'intermédiaire de l'AUCLC pour les petites entreprises. Cette initiative a permis d'aider plus de 130 000 petites entreprises, soutenant 1,18 million d'emplois au Canada. Le processus de demande de l'AUCLC destinée aux petites entreprises est terminé.

Compte d'Urgence pour les Entreprises Canadiennes (CUEC) 

Le CUEC accorde des prêts sans intérêt pouvant atteindre 40 000 dollars aux petites entreprises et aux organismes à but non lucratif, afin de les aider à couvrir leurs frais de fonctionnement pendant une période où leurs revenus ont été temporairement réduits. Le 9 octobre 2020, le gouvernement a annoncé qu'il élargirait l'admissibilité au CUEC pour permettre aux entreprises et aux organisations à but non lucratif admissibles d'accéder à un prêt sans intérêt pouvant aller jusqu'à 20 000 dollars, en plus du prêt initial de 40 000 dollars du CUEC. La moitié de ce financement supplémentaire serait radié, s'il est remboursé avant le 31 décembre 2022.

En outre, le 9 octobre 2020, le gouvernement a annoncé que la date limite de demande au titre du CUEC était prolongée jusqu'au 31 décembre 2020 et qu'une attestation de l'impact de la COVID-19 sur l'entreprise sera nécessaire pour accéder au financement supplémentaire. Au 22 octobre 2020, plus de 778 000 prêts au titre du CUEC ont été approuvés, représentant un total de 31 milliards de dollars de fonds. Le 26 octobre 2020, le gouvernement a annoncé que le CUEC serait désormais ouvert aux entreprises utilisant des comptes bancaires personnels.

Programme de Crédit aux Entreprises (PCE) 

En plus du CUEC, le PCE comprend un programme de garantie de prêt pour les petites et moyennes entreprises offert par Exportation et Développement Canada (EDC), ainsi qu'un programme de prêts conjoints pour les PME offert par la Banque de développement du Canada en partenariat avec des institutions financières. Le 31 août 2020, le PCE a été prolongé jusqu'en juin 2021.

Fonds d'Aide et de Relance Régionale (FARR)

Le FARR est un fonds unique et spécial, administré par les agences de développement régional (ADR), qui a été conçu pour soutenir précisément les entreprises, les organisations et les communautés économiquement touchées par la pandémie de COVID-19 et qui ont été incapables d'avoir recours aux mesures de soutien actuelles. Bien que les paramètres diffèrent légèrement selon le volet, la programmation comprend des fonds remboursables et sans intérêt jusqu'à 40 000 dollars pour les petites entreprises, selon des conditions similaires à celles offertes par le CUEC. Le 2 octobre 2020, le gouvernement a annoncé qu'il fournirait 600 millions de dollars supplémentaires pour soutenir les travailleurs et les entreprises par l'intermédiaire du FARR. Cet investissement supplémentaire porte le soutien total du FARR à plus de 1,5 milliard de dollars. Depuis le lancement du Fonds en mai, plus de 12 000 entreprises ont été aidées par l'intermédiaire du FARR, ce qui a permis de protéger près de 95 000 emplois dans tout le Canada.

Préparation et approbations

Personne-ressource du SCSM : Philippe Renoir, Directeur, 343-291-3865
Approbation du SCMS : Jason Bett, Directeur générale, 343-291-3722
Approbation du secteur : Etienne-René Massie, Directeur générale, SAMPE, 343-291-1882
Personne-ressource du secteur : Jenifer Pilon, Directrice, SAMPE, 343-291-3057

Soutien des employés par les PME pendant la Covid-19

Question :

Comment le gouvernement du Canada aide-t-il les petites et moyennes entreprises à soutenir leurs employés?

Messages clés :

  • Le gouvernement du Canada a mis en place un certain nombre de mesures de soutien pour aider les entreprises à soutenir leurs employés durant la pandémie COVID-19.
  • Par exemple, la Subvention Salariale d'Urgence du Canada (SSUC) offre aux employeurs admissibles une subvention salariale temporaire pour les employés et cette subvention a été prolongée jusqu'en juin 2021.
  • Grâce à la SSUC et à des mesures supplémentaires telles que la Prestation Canadienne d'Urgence et la Prestation Canadienne de la Relance Économique, nous avons fait en sorte que les Canadiens puissent compter sur le revenu dont ils ont besoin pour joindre les deux bouts.

Contexte :

Subvention Salariale d'Urgence du Canada (SSUC) 

La SSUC a été lancée pour éviter de nouvelles pertes d'emploi, encourager les employeurs à réembaucher les travailleurs qu'ils ont dû mettre à pied en raison de la COVID-19, et aider les entreprises canadiennes et d'autres employeurs à mieux se positionner pour reprendre plus facilement leurs activités régulières après la crise. La prolongation de la SSUC jusqu'en juin 2021 continuera de protéger les emplois en aidant les employeurs à maintenir les employés sur la liste de paie et à réembaucher leurs travailleurs. La subvention salariale resterait au taux actuel pouvant atteindre 65 % des salaires admissibles jusqu'au 19 décembre 2020.

Prolongation du programme de travail partagé de l'assurance-emploi 

Le Programme de Travail partagé de l'assurance-emploi, qui offre des prestations aux travailleurs qui acceptent de réduire leurs heures de travail normales en raison d'événements échappant au contrôle de leur employeur, a été prolongé et passera d'un maximum de 38 semaines à un maximum de 76 semaines. L'admissibilité a également été élargie aux sociétés publiques, aux employeurs d'organismes à but non lucratif et aux entreprises qui ne sont en activité que depuis un an (au lieu de deux ans).

Prestation Canadienne d'Urgence du Canada (PCU) 

Le 6 avril 2020, la PCU a été lancée pour aider les Canadiens qui ont dû cesser de travailler pour des raisons liées à la COVID-19, ou qui étaient admissibles à des prestations régulières ou de maladie de l'assurance-emploi. Le gouvernement est passé à un programme simplifié d'assurance-emploi (AE), en vigueur depuis le 27 septembre 2020, afin de fournir une aide financière à ceux qui demeurent incapables de travailler et qui sont admissibles, et a introduit une nouvelle gamme de prestations temporaires et imposables pour soutenir davantage les travailleurs.

Prestation Canadienne de la Relance Économique (PCRE) 

La PCRE a été lancée le 12 octobre 2020. Elle offre une aide financière aux salariés et aux travailleurs indépendants qui sont directement touchés par la COVID-19 et qui n'ont pas droit aux prestations d'assurance-emploi (AE). Les Canadiens admissibles peuvent recevoir 1 000 dollars (900 dollars après les retenues d'impôts) pour une période de deux semaines. Les demandeurs peuvent présenter une nouvelle demande jusqu'à un total de 13 périodes d'admissibilité (26 semaines) entre le 27 septembre 2020 et le 25 septembre 2021.

Prestation Canadienne de la Relance Économique pour Proches Aidants (PCREPA) 

La nouvelle PCREPA fournit une aide financière aux salariés et aux travailleurs indépendants qui sont incapables de travailler parce qu'ils doivent s'occuper de leur enfant de moins de 12 ans ou d'un membre de la famille qui a besoin de soins supervisés. Cela s'applique si leur école, leur programme régulier ou leur établissement est fermé ou ne leur est pas accessible, ou s'ils sont malades, en isolement ou à risque de graves complications de santé en raison de la COVID-19. Les ménages admissibles peuvent recevoir 500 dollars (450 dollars après les retenues d'impôts) pour chaque période d'une semaine, et peuvent faire une nouvelle demande pour un total de 26 semaines entre le 27 septembre 2020 et le 25 septembre 2021.

Préparation et approbations :

Personne-ressource du SCSM : Philippe Renoir, directeur, 343-291-3865
Approbation du SCMS : Jason Bett, DG, 343-291-3722
Personne-ressource du secteur : Jenifer Pilon, Directrice, SAMPE, 343-291-3057
Approbation du secteur : Etienne-René Massie, Directeur générale, SAMPE, 343-291-1882

COVID-19 et le soutien à l'industrie touristique

Question :

Quelles mesures le gouvernement du Canada prend-il pour soutenir le secteur touristique durant la pandémie de COVID19?

Messages clés :

  • Le gouvernement du Canada travaille avec les intervenants à aider le secteur touristique à se relever des répercussions économiques de la COVID19.
  • Peu après le début de la pandémie, le gouvernement a mis en place des mesures d'urgence pour permettre aux entreprises d'avoir accès à du crédit, de retenir leurs employés, de payer le loyer et de reporter les paiements d'impôt.
  • Pour fournir un soutien du revenu directement aux personnes touchées par une perte d'emploi ou une réduction du revenu en raison de la COVID19, le gouvernement a rapidement mis en place la Prestation canadienne d'urgence et la Prestation canadienne de la relance économique.
  • Les entreprises et les travailleurs du secteur touristique ont bénéficié de ces mesures d'appui – à titre d'exemple, les entreprises ont pu garder leurs employés sur leurs listes de paye – et ont indiqué plus tard que les prolongations récemment annoncées – entre autres, le fait d'avoir jusqu'au 2 décembre 2020 pour déposer une demande de Prestation canadienne de la relance économique – sont essentielles pour le secteur.

Messages supplémentaires :

  • Le secteur touristique est un des plus durement touchés par la pandémie de COVID19 et il se heurte à des difficultés à long terme sur le plan de la relance économique. Le gouvernement s'est engagé à aider les entreprises touristiques à s'adapter au contexte d'avenir et à prospérer, comme mentionné dans le discours du Trône.
  • Pour appuyer cet objectif, le gouvernement a récemment déposé une loi relativement à la nouvelle Subvention d'urgence du Canada pour le loyer (SUCL) et la nouvelle mesure de soutien en cas de confinement, en plus de prolonger la Subvention salariale d'urgence du Canada (SSUC).
  • Le dépistage aux portes d'entrée, notamment aux aéroports – dans le but de ralentir la propagation de la COVID19 – est critique pour la relance du secteur touristique. Les programmes pilotes, par exemple celui en Alberta, aideront à éclairer les stratégies visant à réduire la durée de la période de quarantaine obligatoire afin de nous assurer de trouver une solution viable.
  • Le 2 octobre, l'honorable Mélanie Joly, ministre du Développement économique et des Langues officielles, a annoncé que le gouvernement fournira 600 millions de dollars additionnels pour appuyer les travailleurs et les entreprises par l'entremise du Fonds d'aide et de relance régionale (FARR). Cet investissement additionnel porte à plus de 1,5 milliard de dollars le soutien total offert aux entreprises et aux organismes par le FARR afin de leur permettre de surmonter les répercussions de la COVID19.

Au sujet de la réunion 2020 du Conseil canadien des ministres du Tourisme :

  • Le 9 septembre 2020, l'honorable Mélanie Joly, ministre du Développement économique et des Langues officielles et coprésidente du Conseil canadien des ministres du Tourisme (CCMT), a tenu une réunion virtuelle en compagnie des ministres canadiens du Tourisme.
  • Les ministres participants ont reconnu que le secteur touristique est l'un des plus durement touchés par la pandémie de COVID19. Même si les ministres canadiens du Tourisme continueront d'encourager le tourisme en toute sécurité, ils sont conscients que l'incertitude significative engendrée par la pandémie continuera d'étouffer la demande structurelle des touristes.

Contexte :

Voici un aperçu du soutien ciblé pour le secteur touristique ayant été annoncé jusqu'ici :

Soutien au tourisme autochtone

  • Le gouvernement a annoncé un financement pouvant aller jusqu'à 306,8 millions de dollars pour aider les PME autochtones et pour appuyer les institutions financières autochtones qui leur offrent du financement. Ce financement permettra aux entreprises autochtones d'avoir accès à des prêts sans intérêt à court terme et à des contributions non remboursables.

Soutien à la culture, au patrimoine et au sport :

  • Le Fonds d'urgence relatif à la COVID-19 du ministère du Patrimoine canadien fournit 500 millions de dollars aux organismes chargés de la culture, du patrimoine et du sport, qui sont un créneau clé du tourisme.

Destination Canada (DC)

  • En réponse à la pandémie, la société d'État responsable du marketing des destinations canadiennes a détourné une part importante de ses efforts marketing et de son budget des marchés internationaux pour se concentrer sur le tourisme intérieur. DC travaille avec ses partenaires à livrer une campagne marketing qui fait la promotion des destinations et des expériences locales dans un effort visant à soutenir le secteur touristique canadien durant la pandémie.

Voici un résumé des programmes généraux d'aide aux entreprises qui sont offerts au secteur touristique :

Fonds d'aide et de relance régionale (FARR)

  • Le FARR aide les entreprises et les organismes à poursuivre leurs activités, notamment à payer leurs employés et à soutenir les projets visant à préparer une reprise réussie. Cette initiative, mise en œuvre par les six agences de développement régional, a été complétée par des fonds débloqués le 2 octobre 2020 par l'honorable Mélanie Joly, ministre du Développement économique et des Langues officielles. Voici à quoi s'élève actuellement le financement, fonds supplémentaires inclus :
    • 1,131 milliard de dollars pour appuyer les économies régionales, les entreprises, les organismes et les collectivités dans toutes les régions du Canada;
    • 431,3 millions de dollars pour appuyer le réseau national des Sociétés d'aide au développement des collectivités, qui cibleront tout particulièrement les petites entreprises et les collectivités rurales.

Crédit d'Urgence pour les Grands Employeurs (CUGE)

  • Le CUGE est destiné aux entreprises dont les revenus annuels sont de 300 millions de dollars ou plus et offre des prêts d'au moins 60 millions de dollars. Il fournit un financement provisoire aux plus grands employeurs du Canada, dont les besoins pendant la pandémie ne sont pas satisfaits par un financement classique, afin qu'ils puissent poursuivre leurs activités. Il est accessible aux grandes entreprises à but lucratif (à l'exception de celles du secteur financier) ainsi qu'à certaines entreprises sans but lucratif.

Programme de Crédit aux Entreprises (PCE)

  • Le PCE fournit un soutien de 65 milliards de dollars, qui vise principalement les petites et moyennes entreprises (PME). Il comprend le Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes, qui accordera aux entreprises des prêts sous forme de marges de crédit jusqu'à concurrence de 40 000 $, un Programme de prêts conjoints pour les PME, offert par la Banque de développement du Canada, ainsi que des garanties de prêt pour les PME, par l'intermédiaire d'Exportation et développement Canada. Le gouvernement a récemment annoncé que le programme fera l'objet d'autres améliorations et que les mesures de soutien seront offertes jusqu'en juin 2021. Le 31 août 2020, on a annoncé que le PCE avait été prolongé jusqu'en juin 2021.
  • Ce programme comprend le Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC), qui fournit 40 000 $ aux petites entreprises et aux organismes à but non lucratif pour les aider à couvrir leurs charges d'exploitation durant une période où leurs revenus ont été temporairement réduits. Le programme sera prolongé pour que les demandeurs admissibles bénéficient d'un prêt sans intérêt additionnel de 20 000 $. La moitié du montant du prêt additionnel (jusqu'à 10 000 $) sera radiée si le solde est liquidé au plus tard le 31 décembre 2022.

Subvention Salariale d'Urgence du Canada (SSUC)

  • La SSUC couvre 75 pour cent des salaires des employés, rétroactivement au 15 mars, pour les employeurs de toutes tailles et de tous les secteurs qui ont essuyé une baisse de leurs revenus bruts d'au moins 15 pour cent en mars, et de 30 pour cent du 12 avril au 4 juillet. Après le 4 juillet, aucun minimum ne s'applique à la baisse de revenu causée par la COVID19. Le 9 octobre 2020, le gouvernement a annoncé qu'il déposerait une loi pour prolonger la SSUC jusqu'en juin 2021. Depuis son lancement, plus de 3,7 millions de Canadiens et Canadiennes ont bénéficié d'un soutien à l'emploi grâce à la SSUC, plus de 41 milliards de dollars ayant été versés en subventions (au 4 octobre 2020). En vertu de la loi déposée le 2 novembre, la prolongation de la SSUC jusqu'en juin 2021 subventionnerait les dépenses admissibles jusqu'à un maximum de 65 pour cent.

Aide d'Urgence du Canada pour le Loyer Commercial (AUCLC)

  • Au début octobre 2020, le gouvernement avait versé aux petites entreprises plus de 1,8 milliard en soutien au loyer par l'entremise de l'AUCLC. L'aide au loyer a aidé plus de 130 000 petites entreprises à soutenir 1,18 million d'emplois au Canada. La date limite pour présenter des demandes était le 30 septembre.

Subvention d'Urgence du Canada pour le Loyer (SUCL)

  • Le 9 octobre 2020, le gouvernement a annoncé qu'il déposerait une loi pour fournir directement aux locataires un soutien au loyer et à l'hypothèque jusqu'en juin 2021, tout en fournissant également un soutien aux propriétaires. La nouvelle subvention au loyer soutiendra les entreprises, les organismes de bienfaisance et les organismes à but non lucratif qui ont subi une baisse de revenus en subventionnant jusqu'à 65 pour cent des dépenses admissibles jusqu'au 19 décembre 2020. Les organismes pourront demander des remboursements rétroactivement pour la période du 27 septembre au 24 octobre 2020.
  • La loi inclura également une subvention complémentaire à la SUCL de 25 pour cent pour les organismes qui ont dû fermer temporairement leurs portes par voie d'ordonnance de santé publique obligatoire émise par une autorité de santé publique admissible, en plus de la subvention au taux de 65 pour cent.

Prestation Canadienne de la Relance Économique (PCRE)F

  • La PCRE a pris effet le 12 octobre 2020. Elle offre un soutien du revenu aux employés et aux travailleurs indépendants qui sont directement touchés par la COVID19 et qui n'ont pas droit aux prestations d'assurance-emploi (AE). Elle remplace la Prestation canadienne d'urgence (PCU), qui a pris fin le 3 octobre 2020. Les Canadiens et Canadiennes admissibles peuvent recevoir jusqu'à 1 000 $ (900 $ après la retenue fiscale) pour une période de deux semaines. Les demandeurs peuvent faire une nouvelle demande pour un total de treize périodes d'admissibilité (26 semaines) entre le 27 septembre 2020 et le 25 septembre 2021.

Préparation et approbations :

Personne-ressource sectorielle : Catherine Foskett, directrice, Direction générale du tourisme, 3432911746
Approbation sectorielle : Brigitte Joly, DG, Direction générale du tourisme, 3435502497
Personne-ressource au SCSM : Philippe Renoir, directeur, 3432913865
Approbation du SCSM : Jason Bett, DG, 3432913722

Fond d'Aide et de Relance Régionale (FARR)

Question :

Comment le programme du Fonds d'aide et de relance régionale (FARR) a-t-il aidé les propriétaires de petites entreprises du Canada à faire face aux conséquences de la pandémie de COVID-19?

Réponse suggérée :

  • Le FARR aide les petites et moyennes entreprises (PME) qui continuent à éprouver des difficultés avec des dépenses comme le loyer et les services publics en raison de la pandémie, mais qui ne peuvent bénéficier d'autres mesures d'aide fédérale.
  • Depuis que notre gouvernement a lancé le FARR en avril 2020, près de 14 000 entreprises ont reçu des prêts dans le cadre du FARR, prêts d'une valeur de plus de 830 millions de dollars, ce qui a permis de protéger près de 102 000 emplois au Canada.
  • Nous avons aidé directement un large éventail d'entreprises dans tout le pays, dont près de 5 000 entreprises appartenant à des femmes et plus de 500 entreprises autochtones.
  • Il y a encore beaucoup de demandes au titre du FARR. Nous recevons en moyenne près de 340 demandes par semaine d'entreprises et d'organisations de tout le pays, qui sollicitent près de 41 millions de dollars.
  • C'est pourquoi, en octobre, nous avons ajouté 600 millions de dollars supplémentaires, ce qui a permis d'accorder plus d'un milliard de dollars en mesures de soutien aux liquidités pour les entreprises canadiennes d'un océan à l'autre.

Contexte :

Le FARR est un fonds d'aide spécial et ponctuel administré par les ADR et les SADC dans tout le Canada. Ce financement cible les entreprises, les organisations et les collectivités qui font face à des répercussions économiques causées par la pandémie de COVID-19.

Le FARR est distribué en deux volets :

  • Volet 1 : soutien fourni par les ADR aux entreprises, aux organisations et aux collectivités.
  • Volet 2 : soutien fourni par les SADC pour soutenir les PME dans les régions rurales et éloignées

Le 2 octobre 2020, le gouvernement a annoncé un montant supplémentaire de 600 millions de dollars pour soutenir les travailleurs et les entreprises dans le cadre du FARR. Cet investissement supplémentaire porte le soutien total du FARR à plus de 1,5 milliard de dollars.

Depuis le 29 octobre 2020, une aide directe a été accordée à un large éventail d'entreprises dans tout le pays, entre autres :

Type d'entreprise Demandes approuvées Valeur approuvée (CAD)
Rurale 8 399 311,8 M$
Dirigée par des femmes 4 895 190,2 M$
Autochtone 501 24,4 M$
Touristique 2 584 156,7 M$

Voir l'annexe A pour obtenir plus d'information sur les entreprises soutenues par le FARR par province.

Approbations dans le cadre du programme du FARR au 29 octobre 2020 
ADR Province / Territoire Nombre de demandes approuvées à ce jour Valeur de l'aide approuvée à ce jour
Agence de promotion économique du Canada atlantique (APECA) Nouveau-Brunswick (N.-B.) 522 29 658 793 $
Terre-Neuve-et-Labrador (T.-N.-L.) 416 31 320 310 $
Nouvelle-Écosse (N.-É.) 424 31 367 029 $
Île-du-Prince-Édouard (Î.-P.-É.) 176 11 856 568 $
Agence canadienne de développement économique du Nord (CanNor) Territoires du Nord-Ouest (T.N.-O.) 135 6 311 941 $
Nunavut (Nt) 40 2 598 782 $
Yukon (Yn) 153 8 817 454 $
Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec (DEC) Québec (Qc) 4 044 151 804 866 $
Agence fédérale de développement économique pour le Sud de l'Ontario (FedDev) Sud de l'Ontario (Ont.) 1 764 227 149 661 $
Initiative fédérale de développement économique dans le Nord de l'Ontario (FedNor) Nord de l'Ontario (ON) 780 45 553 366 $
Diversification de l'économie de l'Ouest Canada (DEO) Alberta (Alb.) 2 490 128 169 595 $
Colombie-Britannique (C.-B.) 2 026 103 749 070 $
Manitoba (Man.) 465 25 708 584 $
Saskatchewan (Sask.) 518 29 563 580 $
Totaux 13 953 833 629 599 $

Fond de l'Écosystème de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat (SFE) - supplément

Question :

Comment le programme de Fonds pour l'écosystème de la SFE a-t-il aidé les femmes entrepreneurs de l'Ouest canadien à faire face aux conséquences de la pandémie de COVID-19?

Réponse suggérée :

  • Notre gouvernement fournit un financement supplémentaire de 15 millions de dollars pour soutenir les femmes entrepreneurs dans le cadre de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat (SFE) afin de sélectionner des organisations qui sont actuellement bénéficiaires du Fonds pour l'écosystème de la SFE. Cela aidera les femmes entrepreneurs pendant la pandémie de COVID-19.
  • Dans l'Ouest canadien, DEO a fourni un financement supplémentaire de 5 millions de dollars à la SFE. Ce financement a été utilisé pour offrir des services consultatifs financiers, des services de résilience des entreprises, du marketing numérique, de l'aide à la création d'une nouvelle image de marque et de la formation en cybersécurité.
  • Par exemple, Supporting Employment and Economic Development, connu sous le nom de SEED Winnipeg, a reçu 63 000 dollars de financement supplémentaire dans le cadre de la SFE pour mettre en place un programme de prêt d'ordinateurs portables et des services consultatifs spécialisés afin d'aider les Autochtones et les nouvelles arrivantes à faible revenu et financièrement vulnérables.
  • Ce soutien est crucial pour éviter que les femmes entrepreneurs n'accusent un plus grand retard.

Supplément dans le cadre du Fonds pour l'écosystème de la SFE 

  • En mai 2020, le gouvernement a annoncé un financement supplémentaire de 15 millions de dollars dans le cadre du Fonds pour l'écosystème de la SFE, permettant aux bénéficiaires actuels de fournir des services urgents de soutien aux femmes entrepreneurs touchées par la pandémie de COVID-19.
  • Les Agences de Développement Régional (ADR) administrent le Fonds pour l'écosystème de la SFE.
  • DEO soutient 19 projets du Fonds pour l'Écosystème de la SFE dans l'Ouest, en versant près de 28,1 millions de dollars (dont le supplément de 5 millions de dollars accordé cette année en guise d'aide liée à la COVID-19) à des organismes sans but non lucratif pour améliorer les services offerts aux femmes entrepreneurs et combler les lacunes de l'écosystème.

Fond canadien pour la stabilisation des produits de la mer

Question :

Quel est l'état du Fonds canadien pour la stabilisation des produits de la mer?

Réponse suggérée :

  • Le 25 avril 2020, un fonds de 62,5 millions de dollars a été annoncé pour aider l'industrie de la transformation du poisson et des fruits de mer à traverser la pandémie et à se rétablir à long terme.
  • Notre gouvernement a un plan et une orientation. Nous savons maintenant comment nous rendre en lieu sûr et quoi faire à notre arrivée.
  • Au 30 octobre, notre gouvernement avait affecté plus de 33,4 millions de dollars à 185 projets.
  • Ce soutien aide les entreprises à s'adapter à l'instabilité du marché, aux nouvelles directives de sécurité et à la gestion des stocks.
  • Permettez-moi de vous donner quelques exemples :
    • L'APECA a aidé l'entreprise McGraw Seafood de Tracadie, au Nouveau-Brunswick, qui appartient à la Première Nation d'Elsipogtog, à acheter de l'équipement de protection individuelle, à augmenter son personnel de sécurité, de nettoyage et de production, et à apporter des modifications temporaires pour favoriser la distanciation sociale et l'assainissement. L'investissement de 435 000 $ contribue à alléger la pression des nouveaux coûts et permet à l'entreprise de se concentrer sur une expansion qui était déjà prévue.
    • DEC a appuyé le projet de la Poissonnerie de Cloridorme Inc., située dans le village de Cloridorme, au Québec. Dans le contexte de la pandémie de COVID-19, DEC investit 277 098 $ pour exécuter ce projet, qui vise à garantir la santé et la sécurité des travailleurs, ainsi que la sécurité des produits d'une entreprise spécialisée dans la transformation des produits marins qui cherche à diversifier ses marchés.
    • DEO a versé 99 000 $ à Heiltsuk Fisheries Management, une entreprise autochtone, afin qu'elle modernise son système de ventilation et achète des produits de nettoyage et de l'équipement de protection individuelle pour ses employés. Cette somme l'a aussi aidée à améliorer son équipement de transformation du poisson et à accroître sa capacité de stockage

Contexte :

  • Répartition du Fonds canadien pour la stabilisation des produits de la mer par Agence de Développement Régional :
    • Agence de Promotion Économique du Canada Atlantique (APECA) : 38 140 000 $;
    • Développement Économique Canada pour les régions du Québec (DEC) : 9 142 000 $;
    • Diversification de l'Économie de l'Ouest Canada (DEO) : 9 018 000 $.
  • Pêches et Océans Canada a gardé 5,7 millions de dollars pour régler des problèmes émergents dans l'industrie de la pêche.
  • La répartition des fonds a été établie en fonction du PIB du secteur de la transformation du poisson et des fruits de mer touché par la COVID-19.
  • Le Fonds a pour but d'aider les transformateurs de poisson et de fruits de mer à mettre en place des mesures de santé et de sécurité pour protéger les travailleurs contre la COVID-19 et préserver les emplois canadiens. Il renforcera la capacité des usines à transformer, à entreposer, à emballer et à distribuer des produits sains et de haute qualité, et à adapter les processus et la commercialisation à la demande changeante des consommateurs.
  • État des projets approuvés au titre du Fonds canadien pour la stabilisation des produits de la mer au 30 octobre 2020 :
    • L'APECA a approuvé 93 demandes sur 138, ce qui représente des projets d'un montant total de plus de 24 millions de dollars.
    • DEO a approuvé 91 projets parmi 105 demandes reçues, soit un investissement total de 9,2 millions de dollars.
    • DEC-Q a approuvé 3 projets parmi les demandes reçues et a investi 321 094 $ pour l'instant.

Financement supplémentaire requis pour le Fonds de soutien aux entreprises du Nord et le Fond d'Aide et de Relance régionale de CanNor

Question :

CanNor n'a reçu aucun financement supplémentaire dans le cadre du supplément du Fonds d'aide et de relance régional de septembre 2020?

Réponse suggérée :

  • Grâce à CanNor, notre gouvernement a pu répondre rapidement aux défis de COVID dans les territoires avec 15 millions de dollars en financement d'urgence immédiat provenant du budget de son programme IDEENord existant.
  • Nous avons ensuite accordé 34 millions de dollars à CanNor par l'intermédiaire du Fonds d'aide et de relance régionale (FARR), le 13 mai, qui a aidé les entreprises de toutes les industries du Nord, y compris l'industrie touristique, l'hôtellerie et les ressources naturelles.
  • De plus, 11,8 millions de dollars ont également été fournis par l'intermédiaire des programmes de développement des collectivités dans le Nord, dont 3, 9 millions de dollars pour chaque territoire.
  • CanNor a aidé directement plus de 500 petites et moyennes entreprises des territoires, et continue de le faire grâce aux fonds restants du FARR.
  • CanNor continue de collaborer avec ses partenaires pour faire en sorte que les entreprises soient bien épaulées pendant la pandémie.

Contexte :

  • Contrairement aux autres agences de développement régional, CanNor n'a pas eu initialement besoin de financement supplémentaire au titre du Fonds d'aide et de relance régional, puisque les ressources existantes d'IDEENord ont été réaffectées à son Fonds de soutien aux entreprises du Nord.
  • En réaffectant les fonds d'IDEENord aux efforts de soutien déployés dans le cadre de la COVID-19 en avril, CanNor a pu fournir une aide immédiate et contribuer à assurer la survie des petites et moyennes entreprises dans les territoires, tout en comblant la demande de financement dans le cadre des volets de son programme régulier.
  • Les entreprises qui ne dépendent pas des visiteurs et des travailleurs provenant de l'extérieur des territoires mènent leurs activités dans une « nouvelle normalité ». Toutefois, la fermeture complète des frontières et les exigences en matière d'auto-isolement destinées à empêcher le virus d'entrer dans les territoires ont considérablement affecté le secteur du tourisme; d'autres secteurs, tels que la construction, ont également été touchés, mais à un degré moindre.
  • CanNor utilise le reste du financement du FARR et d'IDEENord pour continuer à soutenir les PME des territoires pendant que les frontières sont fermées.

Fermeture possible de Huron Central Railway

Question :

Huron Central Railway a indiqué qu'il avait besoin de fonds publics pour empêcher la fermeture de sa ligne ferroviaire entre Sault Ste. Marie et Sudbury. Quelles sont les conséquences pour les employés de la compagnie et les entreprises locales, et que fait-on pour garantir que la ligne ferroviaire continue à fonctionner et à desservir la région?

Réponse proposée :

  • Je comprends l'importance de la ligne ferroviaire qui relie Sudbury à Sault Ste. Marie. Ce réseau de transport est vital pour les activités de plusieurs entreprises clés, notamment Algoma Steel à Sault Ste. Marie, l'usine de pâtes et papiers de Domtar à Espanola et les activités de la scierie d'EACOM à Nairn Centre.
  • Le gouvernement du Canada a précédemment investi plus de 15 millions de dollars pour l'apport d'améliorations à la ligne ferroviaire.
  • Je suis au courant que l'entreprise a fait une demande de financement auprès de Transports Canada pour aider à l'entretien de la ligne de chemin de fer afin d'en assurer la sécurité et la fiabilité, ce qui lui permettra de continuer à servir les entreprises existantes et de développer de nouvelles perspectives commerciales.
  • Nous continuerons à suivre ce dossier alors que les discussions entre la compagnie, Transports Canada et le gouvernement provincial se poursuivent.

Contexte :

Huron Central Railway Inc. (HCRY) exploite 288 kilomètres de ligne ferroviaire de fret entre Sudbury et Sault Ste. Marie.

Le chemin de fer dessert des entreprises clés, dont Algoma Steel à Sault Ste. Marie, l'usine de pâtes et papiers de Domtar à Espanola et les activités de la scierie d'EACOM à Nairn Centre.

Marie, l'usine de pâte et papier de Domtar à Espanola et la scierie d'EACOM à Nairn Centre. Domtar et Algoma Steel ont entrepris d'importants projets de modernisation des infrastructures, partiellement financés par le gouvernement fédéral (environ 125 millions de dollars), qui se traduiront par une augmentation des volumes de production à transporter à l'avenir.

HCRY détient un bail à long terme pour la ligne de chemin de fer avec le Canadien Pacifique allant jusqu'en 2040, dans lequel HCRY est responsable de la mise à niveau des capitaux et de l'entretien de la ligne.

La ligne de chemin de fer appartenait auparavant à Genesee & Wyoming Canada jusqu'en décembre 2019, date à laquelle les régulateurs fédéraux américains ont approuvé la vente de la ligne de chemin de fer à Brookfield Infrastructure Partner, une société canadienne.

En avril 2020, le président de HCRY a écrit au ministre des Transports, M. Garneau, pour l'informer que la société allait présenter une analyse de rentabilité pour l'amélioration de l'infrastructure, afin que les gouvernements fédéral et provinciaux l'examinent.

En mai 2020, HCRY a soumis à Transports Canada une analyse de rentabilisation complète et ses motivations pour soutenir des investissements de 33,3 millions de dollars de dépenses en capital qui permettraient de ramener la voie ferrée à un niveau sûr et fiable afin de permettre le développement d'opportunités commerciales pour les clients nouveaux et actuels.

L'analyse de rentabilité indiquait que HCRY était en pourparlers avec deux autres entreprises souhaitant utiliser la voie ferrée comme mode de transport pour leurs produits.

En juillet 2020, HCRY a ensuite soumis une déclaration d'intérêt au Fonds National des Corridors Commerciaux (FNCC) de Transports Canada, demandant un financement fédéral de 17,1 millions de dollars. Une fois que le ministre des Transports aura pris une décision définitive sur la déclaration d'intérêt, celle-ci sera communiquée à HCRY.

À ce jour, la société n'a reçu aucune réponse de Transports Canada.

Le 31 août 2020, HCRY a publié un communiqué de presse indiquant que sans financement gouvernemental pour aider à l'entretien de la ligne de chemin de fer, il mettra fin à l'exploitation de la ligne de fret à la fin de l'année.

Le 22 octobre 2020, l'entreprise a averti ses 43 employés que leur poste serait supprimé si la ligne de chemin de fer devait cesser ses activités en décembre.

Programme pour l'Entrepreneuriat des Communautés Noires (PECN)

Question :

Comment le Programme pour l'Entrepreneuriat des Communautés Noires (PECN) soutiendra-t-il les entreprises dirigées par des Noirs dans l'Ouest canadien?

Réponse suggérée :

  • Plus de 18 % de la population noire du Canada vit dans les provinces de l'Ouest canadien. La contribution des propriétaires d'entreprises et des entrepreneurs noirs est essentielle à la reprise économique et à la prospérité future du Canada.
  • En réponse à cette situation, notre gouvernement a annoncé le Programme pour l'Entrepreneuriat des Communautés Noires : un programme de 221 millions de dollars qui permet aux entrepreneurs noirs d'accéder aux services de soutien aux entreprises dont ils ont besoin pour prospérer dans l'économie inclusive du Canada.
  • Le PECN comprend un nouveau Fonds pour les écosystèmes de 53 millions de dollars qui aidera les propriétaires d'entreprises et les entrepreneurs noirs à accéder à des fonds pour le mentorat, les services financiers et la formation. Les ADR lanceront un appel de propositions pour que des organisations dirigées par des noirs contribuent à la mise en œuvre du fonds.

Contexte :

Dans le cadre du PECN du gouvernement du Canada, 221 millions de dollars seront investis sur 4 ans pour soutenir les propriétaires d'entreprises et les entrepreneurs noirs. Il comprend trois volets principaux :

  • le Fonds pour l'écosystème (53 millions de dollars), qui vise à soutenir les entreprises dirigées par des noirs au Canada et à offrir des services de soutien aux entreprises améliorés aux propriétaires d'entreprises noirs;
  • le Carrefour du savoir pour l'entrepreneuriat des communautés noires (6,5 millions de dollars), qui vise à améliorer la recherche et les connaissances sur l'entrepreneuriat des communautés noires au Canada;
  • le Fonds de prêts pour l'entrepreneuriat des communautés noires (33,3 millions de dollars d'aide gouvernementale grâce à des partenariats avec des institutions financières pour fournir jusqu'à 128 millions de dollars d'aide financière). Ce fonds permettra d'accorder des prêts entre 25 000 et 250 000 dollars aux propriétaires d'entreprises noirs.

Réponse de CanNor à la COVID-19

Enjeu :

Soutien de CanNor aux entreprises des territoires pendant la pandémie de COVID-19.

Réponse suggérée:

  • Dans le Nord, un total de 34,4 millions de dollars était disponible par l'intermédiaire du FARR, y compris le financement du réseau territorial de développement des collectivités.
  • En date du 29 octobre, CanNor a distribué directement près de 26 millions de dollars en fonds de secours à plus de 500 bénéficiaires, contribuant ainsi au maintien de plus de 1 650 emplois. Cela comprend plus de 18 millions de dollars pour les entreprises du secteur du tourisme, 7,6 millions de dollars pour les entreprises dirigées par des femmes et 4,6 millions de dollars pour les entreprises dirigées par des Autochtones.
  • Par l'entremise des gouvernements territoriaux, CanNor a également fourni 11,8 millions de dollars au Réseau de développement des collectivités du Nord afin d'offrir d'autres sources de financement aux entreprises de cette région.
  • Dans le Nord, CanNor est la mieux placée pour fournir ce soutien supplémentaire, car elle travaille chaque jour en étroite collaboration avec les collectivités des territoires et connaît bien les diverses réalités locales et régionales.
  • CanNor travaille en étroite collaboration avec ses partenaires dans les territoires afin d'offrir un soutien aux petites et moyennes entreprises et aux organisations touchées par la pandémie de COVID-19.

Contexte :

Le 20 avril, CanNor a réaffecté 15 millions de dollars de ses fonds IDEENord existants pour lancer le Fonds de soutien aux entreprises du Nord (FSEN) afin de fournir un soutien immédiat aux entreprises des territoires touchées par la COVID-19.

En reconnaissance du rôle unique et des défis auxquels sont confrontées les entreprises du Nord, ainsi que de leur incapacité à contracter des dettes supplémentaires, le FSEN a été conçu pour fournir une subvention non remboursable pouvant aller jusqu'à 100 000 dollars pour les frais de fonctionnement fixes (ou jusqu'au seuil de rentabilité), ainsi qu'une aide pour l'achat d'équipement de protection individuelle.

Conçu à l'origine comme un programme de 4 mois, le FSEN a depuis été prolongé jusqu'au 31 mars 2021 pour les entreprises liées au tourisme, en reconnaissance des impacts continus de COVID-19 sur ce secteur

Le 13 mai, le Fonds d'aide et de relance régional a été inauguré avec un budget de 34,3 millions de dollars consacré au Nord, notamment pour le financement du Réseau de développement des collectivités territoriales. Ce financement a permis à CanNor d'augmenter le niveau de soutien non remboursable offert aux PME par l'entremise du FSEN, tout en permettant à l'Agence de soutenir les organismes sans but lucratif, les organisations de marketing direct en ligne et les programmes dirigés par les gouvernements territoriaux visant le tourisme et d'autres industries durement touchées.

Le complément de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat a permis à CanNor de financer Pauktuutit Inuit Women of Canada avec 143 000 $ supplémentaires.

CanNor copréside et soutient un groupe de travail intergouvernemental composé de cadres supérieurs qui a été mis sur pied pendant la pandémie afin de soutenir le secteur.

Mise à jour régulière sur les programmes et les secteurs clés

Enjeu :

Mise à jour régulière de CanNor sur les programmes et les secteurs clés : Infrastructure, tourisme, ressources minérales et développement économique autochtone

Réponse suggérée :

  • CanNor travaille en étroite collaboration avec ses partenaires dans les territoires afin d'offrir un soutien aux petites et moyennes entreprises et aux organisations touchées par la pandémie de COVID-19.
  • En date du 29 octobre, CanNor a distribué directement près de 26 millions de dollars en fonds de secours à plus de 500 bénéficiaires, contribuant ainsi à maintenir plus de 1650 emplois. Cela comprend plus de 18 millions de dollars pour les entreprises liées au tourisme, 7,6 millions de dollars pour les entreprises dirigées par des femmes et 4,6 millions de dollars pour les entreprises dirigées par des autochtones.
  • Par l'entremise des gouvernements territoriaux, CanNor a également fourni 11,8 millions de dollars au Réseau de développement des collectivités du Nord afin d'offrir d'autres sources de financement aux entreprises du Nord.

Contexte :

La Stratégie de croissance pan territoriale de CanNor a pavé la voie au développement et à la reprise économique dans les territoires, en misant sur le secteur des ressources minérales, la diversification et l'innovation économiques, le développement des infrastructures et la constitution d'une main-d'œuvre qualifiée.

Le secteur des ressources minérales continue de jouer un rôle important dans les économies des territoires, et a le potentiel pour continuer à se développer. En 2019-2020, CanNor a coordonné la participation fédérale à six processus territoriaux d'examen environnemental afin de faire progresser l'exploitation minière et les infrastructures dans le Nord. CanNor a également joué un rôle important en convoquant les sociétés minières ainsi que les gouvernements territoriaux et fédéraux, dans le but de trouver des moyens d'aider l'industrie nordique à faire face à la pandémie.

La diversification de l'économie du Nord est importante pour assurer la viabilité à long terme des territoires. En raison de la pandémie, les secteurs à forte croissance comme le tourisme ont enregistré une baisse d'activité significative. CanNor continue de collaborer avec ses partenaires afin de promouvoir l'innovation et diversifier l'économie.

Le déficit que connaît le milieu des infrastructures est un défi majeur pour la croissance économique des territoires. CanNor continue d'investir dans des projets d'infrastructure à petite échelle ainsi que dans des études de faisabilité à grande échelle.

Une main-d'œuvre qualifiée est un élément fondamental pour promouvoir le potentiel de développement économique dans la région. En accueillant Pilimmaksaivik, le Centre d'excellence fédéral pour l'emploi des Inuits au Nunavut, et en renouvelant son programme de perfectionnement des compétences pour l'éducation de base des adultes, CanNor reste déterminé à fournir aux habitants du Nord les compétences dont ils ont besoin pour accéder au marché du travail.

Large bande dans les Territoires

Question :

Que fait le gouvernement du Canada pour améliorer la connectivité dans les territoires du Canada?

Réponse proposée :

  • Bien que les écarts de connectivité se referment, l'accès à Internet haute vitesse est considérablement plus faible dans les territoires que dans d'autres parties du pays.
  • Le Canada investit 1,75 G$ par l'intermédiaire du Fonds pour la large bande universelle pour aider à connecter tous les Canadiens à Internet haute vitesse. Le contrat de 600 M$ conclu entre le Canada et Telesat pour offrir une capacité de satellite en orbite basse aidera à débloquer des possibilités économiques et sociales dans nos collectivités nordiques éloignées.
  • CanNor aide aussi à financer des études de faisabilité en matière de connectivité, la première étape en vue de combler cet écart.
  • Nous sommes en bonne voie pour atteindre notre objectif de connecter chaque Canadien et Canadienne à l'internet à haut débit d'ici 2030. Ce programme nous aidera à connecter 98 % des ménages d'ici 2026.
  • Depuis 2015, notre gouvernement a approuvé des programmes et des projets qui permettront de connecter 1,7 million de ménages canadiens, soit quatre fois plus que le gouvernement précédent dans le cadre de son programme de signature. Dans le même temps, notre gouvernement a investi près de dix fois plus pour connecter les Canadiens et les Canadiennes à l'internet à haut débit que tous les investissements des gouvernements précédents réunis.

Contexte :

L'accès à la large bande dans les territoires canadiens pose des difficultés et est coûteux compte tenu de la répartition de leur petite population, ainsi que de l'environnement difficile et du manque d'infrastructure de base. Ces réalités entraînent une augmentation de coûts de construction et d'exploitation des réseaux par rapport à d'autres régions du pays.

Les vitesses de connexion sont considérablement plus faibles dans les territoires que dans d'autres régions du pays. À l'échelle nationale, 86,5 % des ménages canadiens ont accès à des vitesses de 50/10 mégaoctets par seconde (Mo/s). Aucune des 25 collectivités du Nunavut n'a accès à cette vitesse, car elles dépendent d'une connexion satellite. Au Yukon et dans les T.N.-O., les technologies de large bande terrestres sont plus courantes, car leurs populations sont concentrées dans leurs capitales, ce qui fait en sorte que 60,8 % des ménages du Yukon et 61,8 % des ménages des T.N.-O. ont accès à des vitesses de 50/10 Mo/s. Une variété de solutions seront nécessaires pour combler cet écart, incluant le recours à de nouvelles constellations de satellites en orbite basse.

Le Canada travaille avec ses partenaires afin de combler cet écart à l'aide de programmes de financement comme Brancher pour Innover, le Fonds pour les Collectivités Rurales et Nordiques ainsi que le nouveau Fonds pour la large bande universelle. Étant donné que bon nombre de ces programmes ne permettent pas le financement d'études de faisabilité, CanNor est en mesure d'aider à soutenir des initiatives qui permettent de combler l'écart en dehors de Yellowknife et de Whitehorse par l'intermédiaire de son programme IDEENord. Par exemple, le programme a fourni 1,6 M$ sur deux ans afin de financer les travaux de faisabilité précoces associés au lien hydrofibre KivalliqManitoba.

Réponse de Diversification de l'Économie de l'Ouest Canada (DEO) à la COVID-19

Question :

Quelle a été la réponse de DEO face à la COVID-19?

Réponse suggérée :

  • DEO nous aide à mettre en œuvre un grand nombre des programmes d'aide liés à la COVID-19 de notre gouvernement dans l'Ouest canadien :
    • plus de 287 millions de dollars d'aide à près de 5 500 entreprises et organisations dans le cadre du Fonds d'aide et de relance régionale;
    • plus de 10 millions de dollars d'aide au titre du Fonds canadien pour la stabilisation des produits de la mer;
    • financement supplémentaire accordé au Réseau de services aux entreprises de l'Ouest canadien et aide dans le cadre de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat.
  • DEO accorde plus de 40,8 millions de dollars à 200 entreprises et organisations, dont 27 organisations de marketing de destination, pour soutenir la viabilité de l'industrie du tourisme.
  • DEO s'est empressé d'assouplir les conditions de son soutien aux PME de l'Ouest canadien, en reportant par exemple les paiements prévus et en repoussant les dates d'achèvement des projets.
  • DEO investit également plus de 15 millions de dollars pour accélérer le développement de vaccins et assurer l'approvisionnement en équipements de protection individuelle au Canada.
  • Ensemble, ces investissements et ces mesures aident des milliers d'entreprises de l'Ouest à atténuer les effets de la pandémie et à maintenir des emplois essentiels au mieux-être des Canadiens et de leurs collectivités.

Contexte :

Depuis mai 2020, DEO met en œuvre le Fonds d'Aide et de Relance Régionale (FARR) pour fournir des liquidités directement aux PME de l'Ouest canadien, qui en ont grand besoin, ainsi qu'aux organismes sans but lucratif qui soutiennent les PME. Dans l'Ouest, près de 5 500 demandes ont été approuvées, représentant une valeur totale de plus de 287 millions de dollars.

Dans le cadre du Fonds Canadien pour la Stabilisation des Produits de la mer, DEO a investi dans 89 projets au moyen de 21 contributions dans l'Ouest, apportant ainsi une aide de plus de 9 millions de dollars. Ces projets permettront aux transformateurs de poissons et de produits de la mer de réaliser ce qui suit :

  • assurer la santé et la sécurité des travailleurs grâce à des équipements de protection individuelle (EPI) et à un espace suffisant pour maintenir une distanciation physique;
  • adapter les opérations, les installations et les procédés des usines, comme l'augmentation de la capacité de transport réfrigéré ou d'entreposage sous froid;
  • trouver et atteindre de nouveaux marchés, tels que les repas à domicile.

DEO a également augmenté le financement du Réseau de Services aux Entreprises de l'Ouest Canadien (RSEOC – un réseau de plus de 100 organisations). Ce financement comprenait des fonds de fonctionnement visant à soutenir un accès accru à l'information sur les programmes d'aide du gouvernement, ainsi que des services de conseil et d'encadrement destinés à aider les petites et moyennes entreprises à survivre et à s'adapter.

DEO a fourni des capitaux d'emprunt aux Sociétés d'aide au développement des collectivités et à l'Initiative pour les femmes entrepreneurs afin de leur permettre d'accorder des prêts du Fonds d'aide et de relance régionale à des entreprises rurales et à des entreprises appartenant à des femmes. À ce jour, 2 583 prêts ont été accordés à des entreprises, pour une valeur de plus de 90 millions de dollars.

Le financement supplémentaire destiné au RSEOC en réponse à la pandémie comprend : les sociétés de développement des collectivités (95,7 M$), les bureaux de l'Initiative pour les femmes entrepreneurs (8,3 M$), les organisations francophones à vocation économique (2,1 M$), les Services de développement des entreprises autochtones (300 000 $), le Programme d'Aide aux Entrepreneurs ayant une Incapacité (675 000 $) et les centres des Services aux petites entreprises (574 000 $).

Dans le cadre de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat (SFE), DEO a investi dans 120 projets dans l'Ouest, fournissant ainsi une aide de plus de 33 millions de dollars. Parmi ces projets, 101 ont directement aidé des entreprises détenues ou dirigées par des femmes à se développer et à croître, tandis que 19 projets menés avec des organismes sans but lucratif (1 national, 18 régionaux) ont renforcé le soutien aux femmes entrepreneurs dans l'écosystème de l'entrepreneuriat.

DEO offre une certaine flexibilité aux clients de la SFE, notamment :

  • une flexibilité supplémentaire en ce qui concerne les activités et les coûts soutenus et financés;
  • des avances aux clients des organismes sans but lucratif (selon les besoins) pour les aider à gérer les problèmes de liquidités;
  • du financement supplémentaire (5 millions de dollars) pour les organismes sans but lucratif qui aident les entreprises à gérer ou à adapter leurs activités en réponse à la COVID-19.

Depuis le début de la pandémie, DEO a fourni plus de 40,8 millions de dollars à 200 entreprises et organisations touristiques dans le cadre du FARR et de ses programmes de base. Il s'agit notamment d'investir plus de 12,1 millions de dollars dans 27 organisations de marketing de destination et facilitateurs du tourisme pour les aider à actualiser leurs services et à fournir des services aux entreprises touristiques locales, notamment :

  • des conseils en marketing, y compris sur la mise à jour de pages Web et les expériences virtuelles;
  • la promotion de produits et de services sur les marchés intérieurs tout en restaurant la confiance des voyageurs;
  • des conseils sur la manière de s'adapter en toute sécurité au nouveau contexte d'exploitation;
  • une orientation vers d'autres services et financements destinés aux entreprises.

Dans le cadre de ses volets de programmes axés sur le secteur sans but lucratif (Écosystèmes d'innovation régionaux et Développement économique et diversification des collectivités), DEO soutient des projets qui contribueront directement à faire face à la pandémie de COVID-19, tels que :

  • un financement de 15 millions de dollars accordé à l'installation de confinement de pointe de VIDO-InterVac, qui contribuera à accélérer le développement et la mise à l'essai d'un vaccin contre la COVID-19;
  • un investissement de 200 000 dollars dans l'Orthopaedic Innovation Centre pour aider le Canada à bénéficier d'une capacité nationale de mise à l'essai et de certification des équipements de protection individuelle (EPI), y compris les masques N-95;
  • d'autres projets qui font en sorte que les PME de l'Ouest continuent de bénéficier d'un écosystème favorable à leur rétablissement et à leur croissance malgré la pandémie de COVID-19.

Dans le cadre du Fonds pour les expériences canadiennes, les clients actuels pourront prolonger leurs projets au-delà du 31 mars 2021 si cela s'avère nécessaire et sous réserve de la disponibilité des fonds.

Dans le cadre de son programme destiné au secteur à but lucratif (Croissance et productivité des entreprises), DEO a contacté ses clients pour leur offrir une certaine flexibilité, notamment :

  • reporter les paiements jusqu'au 31 décembre 2020;
  • maximiser la flexibilité relative au cumul pour les clients existants du volet Croissance et productivité des entreprises et de l'Initiative d'innovation dans l'Ouest afin de permettre à ces clients de recevoir d'autres financements liés à la COVID19;
  • repousser les dates d'achèvement des projets.

Mise à jour régulière sur les programmes de DEO

Question :

Qu'en est-il des programmes réguliers de DEO pendant la pandémie de COVID-19?

Réponse suggérée :

  • DEO fournit un financement fédéral dans le cadre des programmes réguliers et spéciaux liés à la COVID-19 pour aider les entreprises de l'Ouest canadien à obtenir le soutien dont elles ont besoin.
  • Grâce à ses programmes réguliers axés sur le secteur sans but lucratif, DEO soutient l'écosystème qui aide les PME de l'Ouest à maintenir leurs activités, et crée les conditions nécessaires pour que les entreprises puissent se rétablir et croître malgré les effets dévastateurs de la pandémie.
  • DEO continue de soutenir directement les entreprises à forte croissance qui, malgré le contexte économique difficile créé par la pandémie, sont bien placées pour croître et seront les moteurs de la reprise économique du Canada.
  • La demande de financement provenant de PME reste élevée : DEO a récemment reçu 243 déclarations d'intérêt à l'égard du programme Croissance et productivité des entreprises, ce qui représente 374 millions de dollars de fonds demandés.
  • DEO a augmenté son soutien à son Réseau de Services aux Entreprises de l'Ouest canadien, qui comprend plus de 100 organisations, pour faire en sorte que les PME de l'Ouest canadien, tant dans les centres ruraux qu'urbains, reçoivent les liquidités et les services de soutien aux entreprises dont elles ont tant besoin pour faire face à la pandémie.
  • Le développement et la diversification de l'économie des collectivités demeurent une priorité, DEO ayant soutenu des projets qui favorisent une croissance économique inclusive.
  • DEO a également assoupli les conditions de son soutien, notamment en reportant des paiements prévus, en simplifiant le processus de remboursement, en autorisant le report des dates d'achèvement de projets et en maximisant le financement pouvant être reçu d'autres sources gouvernementales.

Contexte :

Le fonds Écosystème d'innovation régional (EIR) investit dans des organismes sans but lucratif qui aident les entrepreneurs et les entreprises à innover, à croître et à être compétitifs à l'échelle mondiale. Le fonds EIR favorise la croissance de grappes stratégiques et d'écosystèmes commerciaux, soutient la productivité et la compétitivité des entreprises, renforce la participation des groupes sous-représentés, et améliore la portée des accélérateurs et des incubateurs d'entreprises, ainsi que d'autres organisations.

Depuis décembre 2018, DEO a approuvé 89 projets du volet EIR représentant un financement total de 117 millions de dollars.

Les résultats escomptés de ces projets comprennent la création de plus de 8 800 emplois et une augmentation des recettes de 1,5 milliard de dollars.

Voici quelques exemples du soutien lié à la COVID-19 :

  • un financement de 15 millions de dollars accordé à l'installation de confinement de pointe de VIDO-InterVac, qui contribuera à accélérer le développement et la mise à l'essai d'un vaccin contre la COVID-19;
  • un investissement de 200 000 dollars dans l'Orthopaedic Innovation Centre pour aider le Canada à bénéficier d'une capacité nationale de mise à l'essai et de certification des équipements de protection individuelle (EPI), y compris les masques N-95.

Le volet Croissance et Productivité des Entreprises (CPE) soutient les entreprises à forte croissance qui se développent et produisent des technologies, des biens ou des services novateurs. Le volet CPE aide les entreprises à forte croissance à se développer et à prendre de l'expansion, accroît la capacité des entreprises à croître en favorisant la diversification des marchés et l'entrée sur le marché mondial, encourage l'adoption ou l'adaptation rapide de technologies et de procédés de pointe pour améliorer la productivité et soutient la démonstration et la commercialisation de nouvelles technologies.

Depuis décembre 2018, DEO a approuvé 60 projets du volet CPE représentant un financement total de 117 millions de dollars. Les résultats escomptés de ces projets comprennent la création de près de 2 400 emplois et une augmentation des recettes de 2,73 milliards de dollars.

Parmi les projets du volet CPE liés à la COVID-19 récemment approuvés, notons celui de Rane Pharmaceutical Inc., entreprise qui a récemment reçu un financement de 250 000 dollars dans le cadre du volet CPE pour aider à augmenter la capacité de fabrication de réactifs utilisés dans les tests de dépistage d'infections virales.

Dans le cadre de son récent processus de réception de déclarations d'intérêt, DEO a reçu 243 déclarations d'intérêt représentant une demande de financement totale de 374 millions de dollars.

DEO a également augmenté le financement du Réseau de services aux entreprises de l'Ouest canadien (RSEOC). Ce financement comprenait des fonds de fonctionnement visant à soutenir un accès accru à l'information sur les programmes d'aide du gouvernement, ainsi que des services de conseil et d'encadrement destinés à aider les petites et moyennes entreprises à survivre et à s'adapter.

DEO a également fourni des capitaux d'emprunt aux Sociétés d'aide au développement des collectivités et à l'Initiative pour les femmes entrepreneurs afin de leur permettre d'accorder des prêts du Fonds d'aide et de relance régionale, conformes aux modalités du Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes, à des entreprises rurales et à des entreprises appartenant à des femmes. À ce jour, 2 583 prêts ont été approuvés pour un total de plus de 90 millions de dollars.

Le financement supplémentaire prévu pour le RSEOC en réponse à la pandémie comprend :

  • 95,7 millions de dollars aux Sociétés de développement des collectivités;
  • 8,3 millions de dollars aux bureaux de l'Initiative pour les femmes entrepreneurs;
  • 2,1 millions de dollars aux organisations francophones à vocation économique;
  • 300 000 dollars aux Services de développement des entreprises autochtones;
  • 675 000 dollars au Programme d'aide aux entrepreneurs ayant une incapacité;
  • 574 000 dollars aux centres des Services aux petites entreprises.

Le programme Développement Économique et Diversification des collectivités (DEDC) cible les organismes sans but lucratif. Il aide les collectivités de l'Ouest à soutenir et à faire croître leur économie, à mobiliser les capacités communautaires au moyen de stratégies de développement économique, à saisir les occasions de développement économique, à s'adapter aux circonstances économiques changeantes et difficiles et à soutenir les communautés ciblées, comme les communautés de langue officielle en situation minoritaire et les communautés autochtones.

Depuis janvier 2019, DEO a approuvé 24 projets du programme DEDC représentant un financement total de 84 millions de dollars.

Les résultats escomptés comprennent la création, le maintien ou l'expansion de plus de 478 entreprises et la formation de 764 participants.

À titre d'exemple de projet du programme DEDC, en août 2020, DEO a approuvé un soutien de 745 000 $ au Gabriel Dumont Institute Training and Employment Inc. pour mettre sur pied un programme pilote de formation à l'entrepreneuriat axé sur les entrepreneurs métis de la Saskatchewan.

Soutien au secteur pétrolier et gazier

Question :

Qu'a fait le gouvernement pour soutenir le secteur pétrolier et gazier pendant la COVID-19?

Réponse suggérée :

  • Notre gouvernement a pris des mesures importantes pour contribuer à sauver des emplois dans le secteur pétrolier et gazier et à créer des perspectives d'avenir en fournissant :
    • 1,7 milliard de dollars pour nettoyer les puits orphelins et créer plus de 5 000 emplois;
    • 750 millions de dollars pour le Fonds de Réduction des Émissions;
    • 100 millions de dollars pour le Clean Resource Innovation Network en Alberta afin d'aider le secteur à croître et à réduire ses émissions.
  • Par l'intermédiaire de nos agences de développement régional (ADR), nous apportons une aide immédiate en liquidités à de nombreuses entreprises dans le cadre du Fonds d'aide et de relance régionale (FARR), y compris aux entreprises de la chaîne d'approvisionnement en pétrole et en gaz.
  • La Subvention Salariale d'Urgence du Canada a également été largement utilisée par les sociétés pétrolières et gazières.
  • La construction du pipeline TMX progresse également, près de 6 000 personnes travaillant sur le projet en Alberta et en Colombie-Britannique.

Contexte :

Affichant l'un des taux de chômage les plus élevés (11,7 %) au Canada, l'Alberta est ébranlée par la COVID-19 et la faiblesse des prix du pétrole. L'économie de la province devrait chuter de 8,8 % en 2020.

Les sociétés pétrolières et gazières ont réduit leurs budgets d'investissement de plusieurs milliards, ce qui a entraîné des licenciements et des effets d'entraînement négatifs dans tous les secteurs.

Plan relatif aux plastiques à usage unique

Question :

Certains intervenants de l'Alberta estiment que l'interdiction des plastiques à usage unique nuira à l'industrie locale et à la reprise économique. Comment soutenez-vous l'industrie pétrochimique de la province?

Réponse suggérée :

  • Environ 90 % des déchets plastiques finissent dans les décharges et dans l'environnement.
  • De grandes entreprises comme Canadian Tire, Walmart, Coca-Cola et Ikea prennent déjà des mesures contre la pollution par le plastique.
  • Nous interdisons les produits difficiles à recycler et travaillons avec les provinces et l'industrie pour améliorer la récupération et le recyclage afin que le plastique reste dans l'économie.
  • Pour y arriver, il nous faut l'ingéniosité des experts et des travailleurs du secteur pétrochimique de l'Alberta pour maximiser la valeur des plastiques.
  • Ce travail va de pair avec nos investissements dans le secteur de l'énergie du Canada par l'entremise du Fonds Stratégique pour l'Innovation, dont :
    • 49 millions de dollars à Inter Pipeline pour la construction du complexe pétrochimique Heartland en Alberta;
    • 220 millions de dollars dans des projets de LNG Canada. DEO a investi 55 millions de dollars supplémentaires dans le remplacement du pont Haisla pour permettre la mise en place d'infrastructures pour LNG Canada;
    • l'extension récemment approuvée du réseau de Nova Gas Transmission, d'une valeur de 2,3 milliards de dollars, qui créera d'importantes possibilités et de bons emplois pour les Albertains et les Canadiens dans ce secteur.

Contexte :

Le gouvernement du Canada a annoncé une interdiction nationale de six articles en plastique à usage unique, qui entrera en vigueur à la fin de 2021.

Dans le cadre du Fonds Stratégique pour l'Innovation, le Canada a investi 49 millions de dollars dans les projets d'Inter Pipeline et 220 millions de dollars dans les projets de LNG Canada. DEO a investi 55 millions de dollars pour le remplacement du pont Haisla, en tant qu'infrastructure habilitante pour LNG Canada.

Initiative Canadienne de Transition pour l'industrie du Charbon (ICTC) et fonds pour l'infrastructure

Question :

Comment DEO soutient-il la transition économique des collectivités touchées par le passage du Canada à une économie à faible émission de carbone?

Réponse suggérée :

  • Le budget 2018 a affecté 35 millions de dollars sur cinq ans à l'Initiative Canadienne de Transition pour l'industrie du Charbon (ICTC) pour soutenir le perfectionnement des compétences et les activités de diversification de l'économie afin d'aider les travailleurs et les collectivités à s'adapter à la transition du Canada vers une économie à faible émission de carbone.
    • De 2018 à aujourd'hui, DEO a soutenu 27 projets dans les collectivités touchées, pour un total de 15 millions de dollars.
  • Ces projets aident les personnes à améliorer leurs compétences et à trouver de nouvelles possibilités d'emploi. Nous avons financé des centres de transition communautaires, des centres d'affaires, des plans de préparation à l'investissement et des études de faisabilité sur la diversification de l'économie.
  • Pour donner quelques exemples précis, nous avons annoncé en septembre dernier :
    • 960 000 $ pour des projets dirigés par la Ville de Coronach visant à améliorer les environs de la rue principale et à créer une stratégie de marketing pour les collectivités du Deep South Regional Partnership;
    • près de 1,5 million de dollars pour la Cactus Corridor Economic Development Corporation afin de cerner les possibilités de développement économique et de promouvoir la préparation aux investissements dans la région d'Hanna et de Youngstown, en Alberta;
    • 800 000 $ au Southeast College pour la mise en place d'un programme de formation d'opérateurs de machinerie lourde à son campus d'Estevan;
    • 677 880 $ à la section locale 7606 de la United Mine Workers of America pour créer un centre de transition pour les travailleurs du charbon dans la région d'Estevan et de Coronach.
  • Aujourd'hui, DEO travaille avec les collectivités pour déterminer leurs besoins en infrastructures et développer des projets qui recevront une aide financière dans le cadre du programme d'infrastructures de transition pour l'industrie du charbon.

Contexte :

En 2018, le gouvernement du Canada a annoncé des modifications aux règlements visant à éliminer progressivement l'électricité produite au charbon d'ici 2030 en vertu du Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques.

L'Alberta et la Saskatchewan dépendent fortement de l'électricité produite au charbon, une industrie qui emploie environ 3 000 personnes.

Les répercussions sur les collectivités locales dépendantes du charbon comprennent la perte d'emplois, la réduction des recettes fiscales et le déplacement de travailleurs qualifiés à la recherche d'un emploi.

Dans le cadre du budget de 2018, 25 millions de dollars ont été accordés à DEO pour qu'il soutienne les collectivités de ces deux provinces qui dépendent de la production d'électricité au charbon pour leurs économies locales.

Dans le cadre du budget de 2019, 105 millions de dollars supplémentaires ont été accordés à DEO pour qu'il soutienne les infrastructures communautaires — résultat direct des recommandations du groupe de travail sur la transition équitable pour les collectivités et les travailleurs des centrales au charbon canadiennes.

Initiative des supergrappes d'innovation

Question :

Comment DEO a-t-il soutenu les supergrappes de l'Ouest canadien?

Réponse suggérée :

  • Deux supergrappes sont implantées dans l'Ouest canadien, la Supergrappe des technologies numériques et la Supergrappe des industries des protéines.
  • Pour soutenir le travail de ces groupes et des entreprises qu'ils aident, DEO participe aux comités de sélection des projets, cerne des occasions de collaboration, met en contact des entreprises et guide des entreprises vers des services et des partenaires de financement.
  • DEO collabore aussi avec d'importants organismes, tels que des groupes industriels, des gouvernements provinciaux et d'autres ministères fédéraux, pour soutenir les stratégies de grappes qui optimisent la production et augmentent les investissements et les exportations.

Contexte :

En 2018, le gouvernement fédéral a annoncé un investissement de 950 millions de dollars dans le cadre de l'Initiative des supergrappes d'innovation pour soutenir cinq grappes sur cinq ans. L'initiative a été conçue pour accélérer la croissance économique dans les secteurs novateurs, tout en aidant des entreprises canadiennes à devenir des chefs de file mondiaux.

La Supergrappe des technologies numériques du Canada, située à Vancouver, vise à résoudre certains des plus grands problèmes de l'industrie et de la société grâce à des technologies numériques fabriquées au Canada. La Supergrappe des industries des protéines, dont le siège est à Regina, vise à transformer le secteur de la production agricole et alimentaire afin de positionner le Canada à titre de chef de file mondial de la fabrication de produits et de coproduits d'origine végétale.

DEO-Colombie-Britannique soutient la Supergrappe des technologies numériques du Canada en siégeant à son comité de sélection des projets de renforcement des capacités, qui examine les demandes de participation au programme de renforcement des capacités de la Supergrappe et formule des recommandations sur les projets. DEO-Colombie-Britannique a également siégé au comité du programme pilote de renforcement des capacités.

Pour soutenir la grappe de transformation des aliments et des ingrédients de Saskatoon et la Supergrappe des industries des protéines, DEO-Saskatchewan cerne des occasions de collaboration, met en contact des entreprises et guide des entreprises vers des organismes partenaires qui peuvent offrir un service ou un financement approprié.

Soutien à l'agriculture et à l'irrigation

Question :

Qu'a fait le gouvernement du Canada pour aider les producteurs agricoles de l'Ouest canadien à demeurer compétitifs?

Réponse suggérée :

  • Notre gouvernement du Canada a beaucoup investi pour soutenir l'agriculture canadienne pendant la pandémie, notamment en augmentant la capacité de prêt de Financement Agricole Canada de 5 milliards de dollars, en ajoutant 150 millions de dollars de fonds de capital-risque pour les entreprises agricoles et en créant le programme Agri-relance de 125 millions de dollars.
  • Le secteur agricole et agroalimentaire jouera un rôle essentiel dans la reprise économique du Canada.
  • C'est pourquoi la Banque de l'Infrastructure du Canada a annoncé un engagement de 1,5 milliard de dollars pour développer l'irrigation et les infrastructures essentielles, principalement dans l'Ouest canadien.

Contexte :

Le 31 août 2020, Diversification de l'Economie de l'Ouest Canada a publié un rapport décrivant les possibilités économiques qui s'offrent à la Saskatchewan d'irriguer des terres agricoles près du lac Diefenbaker.

Le 2 juillet 2020, le gouvernement de la Saskatchewan a annoncé un engagement de 4 milliards de dollars pour étendre l'irrigation de près de 500 000 acres.

Le 1er octobre 2020, la Banque de l'Infrastructure du Canada (BIC) a annoncé un plan de relance de 10 milliards de dollars, qui comprend 1,5 milliard de dollars destinés à l'infrastructure agricole et à l'irrigation afin de renforcer la sécurité alimentaire du Canada, d'améliorer la production et d'accroître les possibilités d'exportation.

Le 9 octobre 2020, la BIC a annoncé un investissement de 407 millions de dollars visant à augmenter l'efficacité de l'irrigation et à étendre l'irrigation de 200 000 acres en Alberta.

Abordabilité du logement en Colombie-Britannique

Question :

Comment le coût élevé du logement en Colombie-Britannique affecte-t-il le développement économique?

Réponse suggérée :

  • Metro Vancouver continue de figurer parmi les marchés du logement les moins abordables au Canada.
  • Le coût élevé du logement peut créer des difficultés pour ce qui est d'attirer une main-d'œuvre qualifiée.
  • Depuis 2017, près de 2,15 milliards de dollars ont été engagés financièrement pour le logement en Colombie-Britannique dans le cadre de la Stratégie nationale sur le logement, pour créer ou réparer près de 15 000 unités.
  • Et depuis son entrée en fonction en 2015, notre gouvernement a aidé plus d'un million de Canadiens à trouver un logement grâce à notre Stratégie nationale sur le logement.
  • Mon collègue, le ministre Hussen, continue de travailler avec les provinces pour aider à résoudre le problème du logement abordable dans tout le Canada.

Contexte :

Les maisons individuelles de Metro Vancouver ont un prix moyen de 1,5 million de dollars, soit environ 12 fois le revenu médian. Le coût moyen d'une location à Vancouver est de 1 940 $ pour un logement d'une chambre à coucher et de 2 700 $ pour un logement de deux chambres à coucher, soit respectivement 39 % et 56 % de plus que les moyennes nationales.

Pour lutter contre l'inabordabilité, la Ville de Vancouver a imposé une taxe de 1 % sur les maisons vides en 2017. Le budget de 2018 du gouvernement de la Colombie-Britannique a suivi avec des mesures comprenant une taxe sur la spéculation allant jusqu'à 2 %, une augmentation à 20 % de la taxe sur les acheteurs étrangers et l'extension géographique de cette taxe au-delà de Vancouver.

La province a connu une forte baisse de 45 % des ventes de maisons en mai 2020 par rapport à février 2020, mais le marché montre des signes de reprise. En septembre 2020, les ventes d'unités résidentielles ont augmenté de 63,3 % par rapport à septembre 2019, tandis que les prix ont augmenté de 15,3 %.

Le segment des maisons individuelles est celui qui a enregistré le plus fort pourcentage de ventes et d'augmentations de prix. Certains ont attribué la baisse de vigueur du marché des copropriétés à la COVID-19. D'autres soulignent les problèmes importants liés à l'assurance des copropriétés multi-résidentielles. Certains immeubles sont confrontés à une augmentation de 100 % des coûts d'assurance, tandis que d'autres ne peuvent pas du tout s'assurer.

Défis économiques dans les collectivités dépendantes des ressources naturelles

Question :

Quelles mesures Diversification de l'économie de l'Ouest Canada prend-il pour relever les défis économiques dans les collectivités dépendantes des ressources naturelles?

Réponse suggérée :

  • Nous savons que la COVID-19 a aggravé les difficultés économiques de nombreuses collectivités tributaires des ressources naturelles, en particulier celles qui dépendent du pétrole et du gaz, de la foresterie et de la pêche.
  • Par l'entremise de DEO, notre gouvernement soutient les entreprises et les collectivités de l'Ouest touchées par la crise grâce au Fonds Régional de secours et de Redressement (FARR), avec un financement total de 567,9 millions de dollars.
  • En partenariat avec le réseau des 90 Sociétés d'aide au développement des collectivités de l'Ouest, DEO aide les entreprises des collectivités rurales à se maintenir à flot. Par exemple :
    • La Community Futures Wood Buffalo travaille avec la société de développement économique locale pour offrir un encadrement et des services professionnels aux entreprises de la région de Fort McMurray afin de soutenir la réussite commerciale à long terme.

Contexte :

Les collectivités de l'Ouest canadien dépendantes des ressources naturelles ont fait face à un certain nombre de défis économiques au cours de la dernière année. L'apparition de la pandémie de COVID-19 au début de 2020 a aggravé ces défis en entraînant des pertes d'emplois considérables dans toutes les régions de l'Ouest.

La reprise a varié selon les secteurs. Certains continuent à ressentir les effets de la COVID-19, la demande et les prix des produits canadiens ayant diminué dans les secteurs du pétrole et du gaz, de la pêche et du tourisme. L'Alberta a connu un profond déclin dans l'industrie pétrolière, la reprise étant incertaine en raison de l'interruption des voyages dans un avenir prévisible. Tant les grandes que les petites collectivités albertaines dépendent des industries des ressources naturelles.

En même temps, l'évolution de l'économie donne des signes de reprise dans des domaines imprévus, comme l'industrie forestière en Colombie-Britannique, qui connaissait un ralentissement important avant et après l'apparition de la COVID-19. Là où l'approvisionnement en fibres est disponible, l'industrie forestière de la Colombie-Britannique est en train de rebondir (réouverture d'usines et embauche de travailleurs) en raison de la forte demande de bois d'œuvre, c'est-à-dire Canfor et West Fraser.

Développement d'un vaccin / VIDO-InterVac

Question :

Comment DEO soutient-il le développement de vaccins au Canada pour lutter contre la COVID-19?

Réponse suggérée :

  • En tant que leader mondial de la recherche sur les maladies infectieuses et du développement de vaccins, VIDO-InterVac travaille actuellement avec plus de 80 organisations dans le monde entier pour tester des antiviraux, des vaccins et d'autres produits thérapeutiques contre la COVID-19.
  • VIDO a reçu un financement fédéral pour mettre au point une installation de biofabrication de qualité humaine et pour faire progresser la commercialisation des prototypes du vaccin contre la COVID-19.
  • Le gouvernement du Canada s'est engagé à verser 23 millions de dollars sur deux ans à VIDO-InterVac pour accélérer les essais et la commercialisation de leur prototype de vaccin contre la COVID-19.
  • DEO fournit un financement de plus de 15 millions de dollars pour établir une installation de bonnes pratiques de fabrication dans l'installation de confinement de pointe de VIDO-InterVac. Cela aidera VIDO à développer et à produire des vaccins destinés aux animaux et des vaccins destinés aux humains contre les maladies infectieuses pour les marchés commerciaux.
  • Notre gouvernement fait le nécessaire que toute une gamme de vaccins et des centaines de millions de doses soient disponibles, afin que les Canadiens soient en sécurité et bien servis.

Contexte :

VIDO-InterVac continue de faire progresser ses vaccins candidats contre la COVID-19, y compris une formulation avec un adjuvant (un composant qui aide les vaccins à mieux fonctionner en stimulant la réponse immunitaire) mise au point par VIDO-InterVac et ses partenaires.

Avec l'une des installations de recherche sur les matières infectieuses et les toxines les plus grandes, les plus avancées et les plus sûres au monde, VIDO-InterVac a été le premier centre au Canada à isoler le SRAS-CoV-2 et le premier dans le pays à établir un modèle animal pour tester des vaccins, des antiviraux et des produits thérapeutiques.

Réponse de Développement Économique Canada pour les régions du Québec à la COVID-19

Question :

Quelles mesures Développement Économique Canada pour les régions du Québec a-t-il mis en place afin de répondre aux enjeux en lien avec la pandémie de COVID-19?

Réponse suggérée :

  • Développement économique Canada pour les régions du Québec (DEC) répond aux enjeux de la pandémie avec des investissements au Québec de plus de 275 M$ dans le cadre du Fonds d'aide et de relance régionale (FARR). Cet appui financier a permis d'aider plus de 4 000 entreprises et organismes qui éprouvent des besoins immédiats en matière de liquidités.
  • De plus, des entreprises ont accès au Fonds canadien pour la stabilisation de l'industrie des produits de la mer, un investissement de plus de 9 M$ au Québec.
  • Dans le cadre de sa programmation régulière, DEC a également appuyé :
    • des entreprises produisant de l'équipement de protection individuelle en réponse à la pandémie, pour des aides autorisées de plus de 8 M$;
    • des projets dans le secteur du Tourisme pour plus de 10 M$;
    • des projets dans le cadre de la bonification de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat, totalisant plus de 3 M$.
  • DEC a également assoupli ses modalités de soutien aux entreprises, notamment en imposant un moratoire temporaire sur les remboursements des clients afin d'alléger la pression sur les entreprises. Ce moratoire est actuellement toujours en vigueur.

Mise à jour sur la programmation régulière et sur les secteurs d'activités clés

Question :

Quels sont les réalisations de Développement économique Canada pour les régions du Québec (DEC) depuis le 4 novembre 2015 jusqu'au 5 novembre 2020?

Réponse suggérée :

  • Depuis le 4 novembre 2015, par l'entremise de ses programmes réguliers, DEC a approuvé plus de 2 900 projets pour des aides totales de 1,4 G$ ayant généré des investissements de 7,5 G$.
  • Les entreprises et les organismes appuyés par DEC prévoient que ces projets permettront la création de plus de 24 000 emplois directs.
  • Les projets appuyés par DEC incluent :
    • 1 037 projets d'innovation pour 557,4 M$ d'aide approuvée et des investissements totaux de 3,7 G$;
    • 367 projets visant les technologies propres, pour 207 M$ d'aide approuvée et des investissements totaux de 1,8 G$;
    • 387 projets en tourisme, pour des aides autorisées de 172,7 M$ et des investissements totaux de 1,3 G$;
    • 113 projets en appui à des organismes autochtones, pour des aides autorisées de 43 M$ et des investissements totaux de 174,2 M$;
    • 158 projets en entrepreneuriat féminin, pour 52 M$ et des investissements totaux de 154 M$.

Institut National d'Optique (INO)

Question :

Est-ce que le gouvernement du Canada s'engage à poursuivre son entente avec l'Institut National d'Optique (INO)?

Réponse Suggérée :

  • L'entente de 50 M$ pour la période 2016-2021 entre Développement économique Canada pour les régions du Québec (DEC) et l'INO prend fin au 31 mars 2021.
  • Le gouvernement du Canada est un partenaire de l'INO depuis 1998.
  • DEC est satisfait des résultats obtenus par l'INO et des discussions sont en cours pour le renouvellement de l'entente.

Contexte :

Fondé en 1985, l'INO, dont le siège social est situé à Québec, compte près de 200 employés. L'INO est non seulement un acteur clé de l'écosystème d'innovation au Québec, mais aussi un joueur majeur dans les technologies de l'optique-photique au Canada, un domaine porteur pour la croissance économique comme il s'agit de technologies qui peuvent être appliquées dans tous les secteurs économiques.

En 2014, un rapport de Deloitte confirmait que l'INO contribuait à hauteur de 344 millions de $ par année au PIB canadien, en plus de participer à la création / consolidation de nombreux emplois à temps plein par année au Canada (plus de 4 000). Ces résultats s'expliquaient par un effet de levier économique extrêmement puissant, qui est généré par les technologies de pointe développées par l'INO.

Soutien fédéral ciblé aux aéroports régionaux et aux transporteurs aériens

Enjeu :

Que fait le gouvernement pour s'assurer que les communautés touchées continuent d'avoir accès à des services aériens fiables et abordables.

Réponse suggérée :

  • Un secteur du transport aérien fort et compétitif est vital pour l'économie canadienne et le bien-être des Canadiens.
  • Avec une baisse soutenue du nombre de passagers de près de 90 %, les transporteurs aériens ont été contraints de prendre des mesures drastiques pour rester viables. Des aides gouvernementales à grande échelle comme la subvention salariale d'urgence du Canada (SSUC) ont contribué à atténuer les conséquences graves pour les employés du secteur.
  • Toutefois, nous avons entendu de nombreux Canadiens qui ont été touchés de manière négative. Nous avons entendu des Canadiens du secteur du transport aérien et des secteurs connexes qui ont perdu leur emploi, et nous avons entendu des Canadiens qui ont perdu le service aérien vers leurs communautés régionales ou qui attendent toujours leur remboursement. Ils sont à juste titre en colère face à cette situation.
  • Avant de dépenser un seul centime de l'argent des contribuables pour les compagnies aériennes, nous veillerons à ce que les Canadiens obtiennent leur remboursement. Nous veillerons à ce que les Canadiens et les communautés régionales conservent leurs liaisons aériennes avec le reste du Canada, et à ce que les transporteurs aériens canadiens conservent leur statut de clients clés de l'industrie aérospatiale canadienne.
  • Toute aide fournie par notre gouvernement sera assortie de conditions strictes visant à protéger les Canadiens et l'intérêt public.

Contexte :

L'impact économique a été proportionnellement plus important sur le secteur aérien que sur les autres industries et, par conséquent, sur les régions/communautés qu'elles desservent. La perte d'emplois est estimée à plus de 50 %, soit la plus forte de tous les secteurs. Les aéroports canadiens ont fait état d'une baisse significative de leurs revenus de 90 % ou plus.

À plus long terme, pour les liaisons sans service de remplacement équivalent, l'impact est bien plus important pour le développement économique de ces régions, affectant tous les efforts de soutien à leur croissance économique.

Les réactions des provinces aux annulations de vols ont été rapides et vives. Tout d'abord, en ce qui concerne les annulations de vols d'Air Canada en juin. Deuxièmement, lorsque WestJet a annoncé d'autres réductions (14 octobre), les quatre premiers ministres des provinces de l'Atlantique ont demandé que des mesures urgentes soient prises pour régler la question de ces liens de transport essentiels qui ouvrent la région de l'Atlantique à l'économie mondiale et pour s'assurer qu'elle conserve un accès aérien direct au reste du Canada. Le gouvernement du Québec a créé un groupe de travail public-privé afin de trouver des solutions pour les services aériens régionaux au Québec.

Des mesures de soutien ont déjà été annoncées, à savoir la subvention salariale d'urgence du Canada et un service aérien essentiel pour les communautés éloignées. Comme vous le savez, d'autres mesures de soutien sont proposées et sont à l'étude.

Impact de la COVID-19 sur le centre-ville de Montréal

Question :

Quels sont les impacts de la COVID-19 sur le centre-ville de Montréal?

Réponse suggérée :

  • Partout au pays, l'économie des centres-villes est durement affectée par la COVID.
  • Le gouvernement a mis en œuvre plusieurs mesures pour soutenir les entreprises depuis le début de la pandémie — y compris celles des centres-villes — et continuera de le faire.
  • À Montréal, Développement économique Canada pour les régions du Québec (DEC) a conclu des ententes avec PME Mtl pour soutenir les entreprises qui ont des besoins en liquidités afin qu'elles demeurent opérationnelles.
  • DEC participe activement aux travaux de Relançons Montréal afin d'identifier les solutions qui permettront assurer la prospérité durable de la métropole.

Contexte :

Avant la pandémie, l'économie de Montréal, et de son centre-ville en particulier, était en plein essor.

Montréal est devenue l'épicentre de la pandémie au printemps 2020. Les mesures de distanciation sociale et les interdictions de grands rassemblements publics mises en œuvre dans le sillage de la pandémie privent l'économie du centre-ville de ses principales sources de revenus, associées au commerce, à l'industrie et au tourisme.

La hausse du commerce en ligne et du télétravail a aussi eu un impact majeur sur l'achalandage au centre-ville de Montréal et sur sa reprise économique.

La baisse de la fréquentation au centre-ville de Montréal est marquée : des 600 000 personnes qui fréquentaient le centre-ville quotidiennement, seulement 50 000 le font désormais — soit 8,3 % de la fréquentation habituelle.

Le tourisme international a aussi été fortement affecté, entraînant une baisse de 69 % du taux d'occupation des hôtels de la métropole.

Réponse de lAPECA à la COVID 19

Question :

Que fait lAPECA pour appuyer les gens du Canada atlantique durant la pandémie actuelle de COVID19?

Réponse suggérée :

  • Via le Fonds d'Aide et de Relance Régionale (FARR) de notre gouvernement, lAPECA verse 170 millions de dollars en soutien aux PME du Canada atlantique et 61 millions à l'appui des organismes de développement des collectivités.
  • Au 5 novembre, lAPECA a investi directement 68 millions dans 314 projets. Les organismes de développement des collectivités ont par ailleurs investi 40,4 millions de dollars dans 1 304 projets
  • L'aide supplémentaire provenant des programmes fédéraux comprend :
    • Le Fonds Canadien pour la Stabilisation des Produits de la Mer (FCSPM), qui appuie 93 projets totalisant plus de 24 millions de dollars (au 30 octobre).
    • La Stratégie pour les Femmes en Entrepreneuriat (SFE), avec près de 1,15 million de dollars en soutien disponible.
    • LAPECA a également mis de côté 6 millions de dollars provenant de son budget courant pour appuyer spécifiquement le tourisme.
    • LAPECA a aidé, durant la pandémie, des entreprises de toute la région à réorienter leurs activités pour produire de l'équipement de protection individuelle (EPI).
    • Bouctouche Bay Industries, à SaintÉdouarddeKent, fabrique normalement de l'équipement pour cultiver des huîtres et des composantes de casiers à homards. Maintenant, l'entreprise produit en masse des écrans faciaux grâce à un investissement de lAPECA de 50 000 dollars (Programme CERI).
    • Glenora Distillery du CapBreton, qui fabrique un excellent whiskey de single malt, s'est réorientée afin de produire du désinfectant pour les mains durant la pandémie de COVID19. LAPECA a versé 72 500 dollars (CERI).
    • Avec une aide de 75 000 dollars de lAPECA, lorganisme TaskForce NL s'est associé à des entreprises et organismes locaux et au système de soins de santé de TerreNeuveetLabrador afin de se procurer et de fabriquer de lEPI pour les premiers intervenants et travailleurs de première ligne de la santé (CERI).

Contexte :

Sur les 170 millions de dollars versés au Canada atlantique grâce au FARR, lAPECA a reçu 108,9 millions pour appuyer les entreprises et organismes de soutien aux entreprises de la région qui n'avaient pas accès aux programmes fédéraux existants.

À ce jour, on a reçu 579 demandes sollicitant plus de 137 millions de dollars en aide.

Les dépenses du volet 1 du FARR par province vont comme suit : 14 millions pour la NouvelleÉcosse, 14 pour TerreNeuveetLabrador, 9 pour le NouveauBrunswick et 5 pour l'Île-du-Prince-Édouard.

Les ADR ont mis de côté un montant combiné total de 50 millions de dollars provenant de leurs programmes courants pour appuyer le secteur touristique.

Au Canada atlantique, les organismes offrant un programme de prêts pour les entreprises de rue principale sont :

  • Metro Business Opportunities à Mount Pearl (T.N.L.), qui a reçu 2 millions de dollars pour offrir le Main Street Recovery Fund;
  • la CBDC Central PEI, qui a reçu 1,05 million de dollars pour établir une initiative des prêts pour les entreprises urbaines de rue principale afin daider les entreprises du Grand Charlottetown;
  • lAssociation des Corporations au bénéfice du développement communautaire du NouveauBrunswick, qui a reçu 2,75 millions de dollars pour gérer lInitiative des prêts pour les entreprises urbaines de rue principale des régions urbaines de Fredericton, Saint John et Moncton;
  • le Centre for Entrepreneurship Education & Development Incorporated dHalifax (N.É.), qui a reçu 3,3 millions de dollars pour établir et gérer lInitiative des prêts pour les entreprises urbaines de rue principale destinée aux entreprises de la Municipalité régionale d'Halifax.

Dici la fin décembre 2020, les reports de remboursement totaliseront plus de 50 millions de dollars, visant 1 200 clients et 1 800 projets.

Linitiative de redressement touristique du Canada atlantique a été lancée pour aider les quatre provinces au titre de leurs campagnes de marketing locales et nationales, compte tenu du fait que la saison touristique de 2020 dépendrait largement, voire exclusivement, des visiteurs locaux et régionaux. Des accords bilatéraux sont en vigueur avec chacun des quatre gouvernements provinciaux. Chaque accord est de 1,125 million de dollars, lAPECA contribuant à hauteur de 750 000 dollars et chaque gouvernement provincial versant 375 000 dollars. Des discussions sont en cours sur lutilisation des 3 millions de dollars restants destinés au tourisme.

Le point sur les programmes de l'APECA et les secteurs clés

Question :

Quel est l'état actuel des programmes de l'APECA et des dossiers des champions?

Réponse suggérée :

  • En plus de mettre en œuvre des mesures liées à la COVID19, l'Agence de promotion économique du Canada atlantique (APECA) continue d'offrir ses programmes réguliers et a adapté les critères aux besoins actuels des entreprises, qui sont confrontées aux répercussions de la pandémie.
  • D'avril à octobre 2020, l'APECA a :
    • appuyé 1 004 projets d'une valeur totale de 201 millions de dollars par l'entremise du Programme de croissance économique régionale par l'innovation (CERI) et du Programme de développement des entreprises (PDE);
    • appuyé 62 projets d'une valeur totale de 12 millions de dollars dans le cadre du Fonds des collectivités innovatrices (FCI);
    • appuyé 23 projets d'une valeur totale de 67 millions de dollars par l'intermédiaire du Programme de développement des collectivités (PDC).
  • Depuis 2015, l'APECA a aidé plus de 1 800 entreprises et 550 collectivités du Canada atlantique.
  • En tout, l'APECA a contribué pour 284 millions de dollars par année à l'économie du Canada atlantique par l'intermédiaire de toutes ses sources de financement entre 2015 et 2020.
  • D'avril 2015 à mars 2020, l'APECA a :
    • appuyé une moyenne annuelle de 942 projets d'une valeur totale de près de 199 millions de dollars par l'entremise du Programme CERI et du PDE;
    • approuvé une moyenne annuelle de 116 projets et investi un total annuel de plus de 40 millions de dollars dans le cadre du FCI;
    • versé 10 millions de dollars par année à une moyenne de 17 projets dans le cadre du PDC.
  • Depuis 2015, chaque dollar investi par l'APECA entraîne un investissement de 1,30 $ d'autres sources de financement.

Contexte :

Les données obtenues d'autres sources proviennent de la base de données administrative de l'Agence (QAccess).

Tous les renseignements sur les entreprises qui ont reçu une aide de l'APECA et celles qui n'en ont pas reçu proviennent des données les plus récentes de Statistique Canada.

Les secteurs ciblés par l'APECA sont notamment : l'océan, l'alimentation, l'immigration, le tourisme, le développement économique autochtone, l'écosystème de démarrage, la croissance écologique et la fabrication de pointe. L'Agence a adapté son approche à ces secteurs en raison de la pandémie de COVID19 en mettant l'accent sur la numérisation, l'effectif de l'avenir, l'économie verte et l'inclusion. Bien que la pandémie ait eu des répercussions importantes dans des secteurs clés du Canada atlantique, des entreprises tirent parti des nouvelles réalités pour adopter la numérisation et l'automatiser, se diversifier et attirer de nouveaux talents, et l'APECA est là pour les aider à y parvenir avec le soutien offert dans le cadre de ses programmes réguliers.

Les programmes réguliers de l'APECA comprennent :

  • le Programme de Croissance Économique Régionale par l'innovation, qui appuie les projets liés à l'innovation pour favoriser l'expansion et accroître la productivité des entreprises innovantes et pour développer des écosystèmes régionaux;
  • le Programme de Développement des Entreprises, qui aide les entreprises à démarrer, à prendre de l'expansion, à se moderniser et à accroître leur compétitivité. Ce programme est axé sur les secteurs prioritaires régionaux et les projets qui ne sont pas liés à l'innovation;
  • le Fonds d'Innovation de l'Atlantique, qui favorise les partenariats entre des entreprises du secteur privé, des universités, des collèges et d'autres établissements de recherche pour mettre au point et mettre en marché des produits et des services;
  • le Fonds des Collectivités Innovatrices, qui investit dans des projets stratégiques d'infrastructure et de planification du développement économique et sectoriel qui stimulent la vitalité des collectivités principalement rurales du Canada atlantique;
  • le Programme de Développement des Collectivités, qui aide un réseau de 39 corporations au bénéfice du développement communautaire qui fournit aux petites et moyennes entreprises l'accès aux capitaux et aux services commerciaux et qui comble le manque de financement et de formation disponibles pour les entreprises des régions rurales du Canada atlantique.

Selon les données publiées par Statistique Canada en 2020, le taux de survie (après la cinquième année suivant le lancement, soit une année cruciale) des entreprises qui ont reçu une aide de l'APECA était nettement supérieur — de 34 points de pourcentage — à celui des entreprises qui n'en avaient pas reçu. (Le taux de survie des entreprises ayant reçu une aide de l'APECA était de 67 p. 100 et celui des entreprises n'en ayant pas reçu était de 33 p. 100).

Depuis 2015 (avant la pandémie), le produit intérieur brut du Canada atlantique a affiché une croissance moyenne de 1,3 p. 100 par année et l'emploi a augmenté de 1,6 p. 100.

Interventions de FedDev Ontario dans le sud de l'Ontario pendant la pandémie de la COVID 19

Question :

Qu'a fait FedDev Ontario pour soutenir les entreprises et les collectivités du Sud de l'Ontario face à la pandémie de la COVID19?

Réponse suggérée :

  • FedDev Ontario aide notre gouvernement a offrir plusieurs programmes de soutien clés liés à la COVID-19 aux petites entreprises du Sud de l'Ontario, y compris :
    • 252,4 millions de dollars dans le cadre du Fonds d'aide et de relance régionale (FARR) pour soutenir les entreprises qui traversent une période difficile;
    • 3,4 millions de dollars aux termes du supplément spécial du Fonds pour l'écosystème de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat
  • En collaborant avec des partenaires pour soutenir les projets novateurs comme Rue principale numérique, FedDev Ontario aide les petites et moyennes entreprises (PME) à réorienter leurs activités en y incluant des modèles commerciaux numériques – les rendant plus résistantes et concurrentielles.
  • FedDev Ontario a cherché des occasions de soutenir l'industrie du tourisme, particulièrement, par l'entremise du FARR et par son financement régulier, avec des contributions de plus de 70 millions de dollars.
  • FedDev Ontario a également offert aux entreprises de nouvelles flexibilités, comme le report de remboursements totalisant près de 40 millions de dollars, et des paiements anticipés et le soutien à l'acquisition d'équipement de protection individuelle (EPI).
  • Enfin, FedDev Ontario a approuvé des projets qui soutiennent directement la production d'EPI en aidant les fabricants locaux à réorienter et à rééquiper rapidement leurs chaînes de production pour répondre aux besoins du Canada pendant cette crise sanitaire.

Contexte :

Modalités assouplies

  • Depuis mars 2020, FedDev Ontario a collaboré avec environ 300 organismes afin d'assouplir plus de 700 modalités financières et non financières pour ses clients actuels :
    • L'assouplissement des modalités financières comprend : le report de paiements (de 3 mois, 6 mois et, pour des cas particuliers, de plus de 6 mois), le versement accéléré de paiements anticipés et l'adaptation des flux de trésorerie aux besoins des clients.
    • L'assouplissement des modalités non financières comprend : la prolongation des délais de soumission des rapports de rendement, le report de coûts admissibles entre les exercices financiers, le soutien à l'acquisition d'EPI, l'accélération des décisions relatives aux projets ainsi que la modification de la durée ou des étapes de projets.
  • FedDev Ontario a également permis aux Sociétés d'aide au développement des collectivités (SADC) de la région de fournir aux entreprises, avant le lancement du FARR, une aide d'urgence à des taux préférentiels; elle a aussi étendu leur capacité de différer le remboursement des prêts.

EPI/Santé et sécurité

  • FedDev Ontario a approuvé plus de 9,1 millions de dollars en contributions remboursables pour des projets qui soutiennent directement la production d'EPI, comme les masques chirurgicaux de qualité médicale, les masques N95 ainsi que les ventilateurs et autres dispositifs médicaux essentiels.
  • Par exemple, la société Molded Precision Components (MPC), un fabricant rural de composants en plastique basé à Oro-Medonte, a reçu une contribution de 2,9 millions de dollars de FedDev Ontario pour s'écarter de sa production habituelle dans le secteur automobile afin de collaborer avec le principal fabricant d'équipement médical, Sterling Industries, pour produire des EPI qui est en grand besoin. MPC fabrique plus de 27 millions d'écrans faciaux médicaux.

Femmes entrepreneures

  • Fonds pour les femmes en entrepreneuriat (FFE) 
    • FedDev a investi 9,8 millions de dollars pour financer 102 entreprises dirigées par des femmes ou appartenant à des femmes afin de favoriser leur accroissement d'échelle ou leur croissance, dont :
      • 66 projets (un investissement total de 6,4 millions de dollars) sont approuvés dans le cadre de l'allocation initiale du FFE.
      • 36 projets (un investissement total de 3,4 millions de dollars) sont approuvés dans le cadre du supplément au titre du FFE.
      • Les investissements de l'Agence dans le cadre du FFE devraient permettre de mobiliser en tout 17,5 millions de dollars ainsi que de créer 562 emplois et d'en maintenir 296.

      Fonds pour l'écosystème de la Stratégie pour les Femmes en Entrepreneuriat (SFE)

      • FedDev Ontario a fourni un financement total de 34,1 millions de dollars à des organismes à but non lucratif dédiés à combler les lacunes en matière de services et à renforcer les capacités au sein de l'écosystème de l'entrepreneuriat pour les femmes entrepreneurs.
      • 19 projets, dont 16 étaient régionaux (totalisant 24 millions de dollars) et touchaient une grande partie du Sud de l'Ontario, tandis que trois étaient nationaux (totalisant 5,4 millions de dollars), ont été approuvés dans le cadre de l'allocation initiale de la SFE.
      • De tous les projets régionaux, 14 (totalisant 3,6 millions de dollars) et les 3 projets nationaux (totalisant 1,1 million de dollars), ont été approuvés dans le cadre du supplément au titre de la SFE.
    • Les investissements de FedDev Ontario par l'entremise de la SFE devraient permettre de mobiliser en tout 5,7 millions de dollars ainsi que de créer 1 948 emplois et d'en maintenir 1 664.
  • Grâce au Fonds d'aide et de relance régionale (FARR), la Société d'aide au développement des collectivités (SADC) de Northumberland et la Société de développement économique de Windsor-Essex ont reçu chacune 2 millions de dollars pour mettre en œuvre l'initiative Reconstruire, rouvrir, raviver, qui soutient les petites et moyennes entreprises dirigées par des femmes dans les collectivités rurales et urbaines du Sud de l'Ontario. Ces organismes fourniront des contributions non remboursables allant jusqu'à 5 000 dollars pour aider les entreprises admissibles dirigées par des femmes à assumer les principales dépenses de leur réouverture.

Tourisme

  • L'Agence a pris un certain nombre de mesures pour soutenir l'industrie du tourisme dans le Sud de l'Ontario, notamment :
    • Verser plus de 25 millions de dollars par l'entremise du Fonds d'aide et de relance régionale (FARR) à plus de 120 PME du secteur touristique qui n'ont pas pu accéder à d'autres mesures d'aide ou qui ont eu besoin d'un soutien supplémentaire pour assumer leurs dépenses fixes;
    • Fournir un soutien supplémentaire de plus de 11 millions de dollars au titre du FARR à 263 opérateurs touristiques dans les collectivités rurales par l'entremise des SADC du Sud de l'Ontario;
    • Fournir 30 millions de dollars à l'Association de l'industrie Touristique de l'Ontario pour soutenir 57 Organisations de Marketing de Destinations (OMD) dans le Sud de l'Ontario. Ce projet soutient les activités des OMD et les mesures mises en œuvre pendant les mois d'été pour attirer les visiteurs locaux dans leurs communautés tout en respectant les directives de santé publique; et
    • Allouer 4 millions de dollars (jusqu'à présent), par l'entremise de ses programmes réguliers, aux collectivités dépendantes du tourisme dans le Sud de l'Ontario. Ce financement aidera plus de 300 PME à faire face à des dépenses d'adaptation ponctuelles, comme les coûts d'adaptation de lieux de visite extérieurs, l'achat d'EPI et l'utilisation de nouvelles technologies, comme les files d'attente virtuelles.
  • FedDev Ontario continue également à s'engager régulièrement auprès des organismes touristiques et des PME afin d'examiner d'autres mesures qui peuvent être rapidement mises en place afin de répondre aux besoins de cette industrie en Ontario.

Réalisations et résultats – FedDev Ontario

Question :

Quels sont les résultats obtenus par FedDev Ontario?

Réponse suggérée :

  • FedDev Ontario offre un financement fédéral par l'entremise de programmes réguliers et spéciaux liés à la COVID-19 pour aider les entreprises du Sud de l'Ontario à obtenir le soutien dont elles ont besoin.
  • FedDev Ontario a approuvé des investissements de plus de 232 millions de dollars accordés par le biais du Fonds d'aide et de relance régionale (FARR) afin de soutenir les entreprises et les organismes de la région.
  • On estime que ces investissements permettent de soutenir directement environ 16 500 emplois.
  • Depuis novembre 2015, FedDev Ontario a approuvé des investissements de plus de 1 milliard de dollars dans le cadre de programmes autres que le FARR. Ces investissements visaient plus de 975 projets et ils ont permis de soutenir les entreprises et les organismes de la région, ce qui devrait permettre de mobiliser plus de 2 milliards de dollars de financement supplémentaire.
  • On estime que les investissements de FedDev Ontario depuis novembre 2015, dans le cadre de sa programmation de base, soutiennent la création et le maintien d'environ 70 000 emplois.

Contexte :

Résultats dans le cadre du Fonds d'Aide et de Relance Régionale (FARR)

  • Depuis mai 2020, FedDev Ontario a approuvé des investissements de plus de 232 millions de dollars dans le cadre du FARR. Ces investissements visaient 1 759 projets et ils étaient répartis comme suit :
    • plus de 199 millions de dollars investis dans 691 projets de soutien aux entreprises vulnérables du Sud de l'Ontario (volet 1); et
    • plus de 33 millions de dollars investis dans 1 068 projets de soutien aux entreprises vulnérables dans les collectivités petites et rurales du Sud de l'Ontario (volet 2).
  • On estime que les investissements effectués par FedDev Ontario depuis mai 2020 permettent de soutenir directement plus de 18 000 emplois.
  • Voici quelques exemples d'investissements effectués par FedDev Ontario par le biais du FARR depuis mai 2020 :
    • près de 37 millions de dollars ont été investis dans 383 projets de soutien aux entreprises du secteur touristique;
    • plus de 51 millions de dollars ont été investis dans 789 projets de soutien aux entreprises détenues ou administrées par des femmes; et
    • plus de trois millions de dollars ont été investis dans 82 projets de soutien aux entreprises Autochtones.

Résultats de FedDev Ontario dans le cadre des programmes autres que le FARR

  • Les résultats rapportés comprennent les investissements effectués par le biais de la programmation régionale de base de FedDev Ontario, comprenant actuellement trois volets : 1) Accroissement d'Échelle et Productivité des Entreprises, 2) Écosystèmes d'Innovation Régionaux et 3) Développement Économique et Diversification des Collectivités, et par le biais d'initiatives nationales telles que l'Initiative pour l'acier et l'aluminium, la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat et le Fonds pour les expériences canadiennes.
  • Depuis novembre 2015, FedDev Ontario a investi plus de 800 millions de dollars dans plus de 225 projets dans le cadre de sa programmation régionale de base, qui est conçue de façon à soutenir la mise à l'échelle et la préparation mondiale des entreprises, à améliorer le développement de grappes et à renforcer la résilience des collectivités.
  • Depuis novembre 2015, FedDev Ontario a investi plus de 200 millions de dollars dans 750 projets pour soutenir des initiatives et des programmes nationaux.
  • FedDev Ontario a collaboré avec Statistique Canada en 2019 pour mesurer l'impact de ses investissements dans le Sud de l'Ontario. L'analyse a démontré que les entreprises directement bénéficiaires de l'Agence ont, depuis 2010, augmenté l'emploi de 18 %, les recettes de 14 %, la productivité de 4 % et les dépenses en R-D de 30 %, en moyenne, trois ans après l'obtention du financement. Les résultats pour les entreprises similaires non financées par FedDev Ontario sont les suivants : -0,6 % pour ce qui est de l'emploi, -0,4 % pour ce qui est des recettes, -1 % au titre de la productivité et -6 % au titre de la RD.
  • Les investissements de FedDev Ontario créent relativement plus d'emplois de haute qualité dans les domaines des sciences, de la technologie, de l'ingénierie et des mathématiques, ainsi que dans le secteur manufacturier.
  • Selon l'analyse effectuée avec le Conference Board du Canada, chaque dollar investi dans les programmes régionaux de base de FedDev Ontario génère 3,50 $ de valeur dans l'économie au sens large.

Fabrication automobile dans le sud de l'Ontario

Question :

Quel est l'état du secteur de la fabrication automobile dans le Sud de l'Ontario?

Réponses suggérée :

  • Le secteur de l'automobile fait partie intégrante de l'économie du Sud de l'Ontario. Il emploie actuellement près de 100 000 personnes et il représente 15 milliards de dollars du produit intérieur brut (PIB) chaque année.
  • Le secteur automobile a été durement touché au début de la pandémie en raison de fermetures temporaires, mais il a depuis largement rebondi avec la réouverture de l'économie.
  • Les récentes annonces des grands constructeurs automobiles de la région contribueront à positionner le secteur à l'avenir, notamment sur le marché des véhicules électriques (VE).
  • Les sociétés Ford, Fiat Chrysler et General Motors se sont récemment engagées à investir un montant total de 4,6 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années dans le Sud de l'Ontario, garantissant ainsi des milliers d'emplois dans la région.
  • Notre gouvernement fait également leur part pour soutenir le secteur de l'automobile, en investissant aux côtés du secteur privé pour soutenir les travailleurs. Par exemple, nous avons investi 295 millions de dollars avec la société Ford à Oakville pour l'emballage des batteries et l'assemblage des véhicules électriques.
  • Je renverrais la question à mon collègue, le ministre Bains, et ses représentants pour qu'ils fournissent plus de renseignements sur celle-ci.

Contexte :

Le secteur de l'automobile est un pilier essentiel de la base industrielle du Sud de l'Ontario. Il est à l'origine de plus de 15 milliards de dollars du PIB de la province, il emploie 109 000 travailleurs et il a exporté pour 69 milliards de dollars de biens en 2019 (tableaux de Statistique Canada : 36-10-0402-01, 14-10-0202-01, et Données sur le commerce en direct d'Innovation, Sciences et Développement économique [ISDE]).

Au plus fort de la pandémie, la chaîne d'approvisionnement automobile nord-américaine a été en grande partie fermée pour contenir la propagation du virus, ce qui a entraîné une cratérisation des exportations de l'ordre de 93 %, ainsi que la perte de 25 000 emplois en Ontario au cours du mois d'avril 2020.

En septembre 2020, le secteur avait récupéré tous les emplois perdus sauf cinq mille (97 600 emplois contre 103 000 avant la pandémie, en février 2020) et les exportations étaient revenues à leur niveau d'avant la pandémie (Statistique Canada, tableau 14-10-0201-01, Données sur le commerce en direct d'ISDE).

Les ventes ont rebondi et la production atteint presque sa pleine capacité, mais le secteur continue de faire face à un certain nombre de problèmes, notamment des coûts d'exploitation plus élevés, l'absentéisme, les difficultés de passage aux frontières, les perturbations du transport de la chaîne d'approvisionnement, ainsi que des problèmes de liquidités.

Le niveau élevé de l'offre de véhicules d'occasion et du chômage en Amérique du Nord pourrait entraver une reprise complète, puisqu'on s'attend à ce que la demande en matière de véhicules neufs reste faible (Bloomberg Intelligence).

D'après les prévisions, les ventes diminueront de 18 % au Canada (1,6 million en 2020 par rapport à 1,9 million en 2019) et de 17 % aux États-Unis (14 millions en 2020 par rapport à 17 millions en 2019) (Banque Scotia, 1er octobre 2020).

Les annonces ci-après pourraient servir de catalyseur pour des investissements supplémentaires dans le secteur de l'automobile, en particulier dans le cas des véhicules à émissions zéro (VEZ) et des véhicules électriques.

  • Dans le cadre de l'investissement de 1,8 milliard de dollars de la société Ford, l'usine d'Oakville emballera des batteries et les installera dans les véhicules. Ford ne possède qu'une seule plateforme pour les véhicules électriques, mais elle a annoncé son intention d'en ajouter quatre d'ici 2025 dans cette usine, ce qui garantira 5 000 emplois dans la région (22 septembre 2020).
  • La société Fiat Chrysler (FCA) a annoncé, dans le cadre de son investissement de 1,5 milliard de dollars, qu'elle créerait 2 000 emplois à Windsor et qu'elle inclurait au moins un modèle hybride rechargeable devant être mis sur le marché en 2024 (15 octobre 2020).
  • La société GM a annoncé la réouverture de son usine d'Oshawa après sa fermeture en 2018, et un investissement de 1,3 milliard de dollars pour le réoutillage – il devrait créer 2 500 emplois pour l'assemblage de camions (5 novembre 2020). La société GM avait maintenu certaines opérations à l'usine d'Oshawa, ainsi qu'une piste d'essai pour les véhicules autonomes, mais elle ramènera ses opérations d'assemblage de véhicules.

Répercussions de la fermeture des frontières dans le sud de l'Ontario

Question :

Quelles ont été les répercussions de la fermeture des frontières en raison de la pandémie de la COVID-19 dans le Sud de l'Ontario?

Réponse suggérée :

  • En réponse à l'actuelle pandémie de COVID-19, nous avons convenu avec les États-Unis de limiter temporairement tous les voyages non essentiels, comme le tourisme et les loisirs, pardelà la frontière canado-américaine.
  • Le Canada et les États-Unis ont convenu de prolonger les mesures frontalières actuellement en vigueur jusqu'au 21 novembre.
  • Nous comprenons que les restrictions de voyage nuisent aux entreprises, en Ontario et dans tout le pays.
  • L'impact des restrictions sur les voyages en provenance des États-Unis est particulièrement marqué dans le cas des opérateurs touristiques des villes et villages, tels que Niagara et Windsor, situés le long de la frontière.
  • La fermeture de la frontière canado-américaine a également des répercussions pour certains fabricants du Sud de l'Ontario, qui perdent des occasions d'affaires sur le marché américain.
  • Nous savons également que le maintien de la fermeture de la frontière reste une mesure appropriée pour assurer la santé et la sécurité des Ontariens et de tous les Canadiens en ce moment.
  • Nous continuerons de faire ce qui est nécessaire pour assurer la sécurité des Canadiens et appuierons nos décisions sur les meilleures données probantes sur la santé publique disponibles.

Contexte :

En réponse à la pandémie de la COVID-19, les gouvernements du Canada et des États-Unis ont décidé d'un commun accord de fermer la frontière aux voyages non essentiels le 21 mars 2020, pour une période initiale de 30 jours.

La fermeture de la frontière a par la suite été prolongée à plusieurs reprises. Le 30 octobre, le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile et la ministre de la Santé ont annoncé que le gouvernement avait prolongé jusqu'au 30 novembre 2020 le Décret sur l'obligation de s'isoler et les restrictions temporaires de voyage dans le cas de tous les voyageurs non américains, sauf pour ce qui est des voyages non discrétionnaires.

Les restrictions en matière de voyages continueront d'avoir des répercussions sur les entreprises en Ontario.

Le Sud de l'Ontario accueille chaque année plus de 13 millions de visiteurs en provenance des États-Unis.

Entre les mois d'avril et de juin 2020, seulement 64 000 visiteurs américains ont franchi la frontière de l'Ontario, dont 84 % pour un séjour d'une journée.

Quant au nombre de voyageurs américains dans les aéroports canadiens, il a diminué de 99 % par rapport à l'année précédente (ASFC).

Les restrictions concernant les voyageurs en provenance des États-Unis affectent énormément les opérateurs touristiques des villes et villages situés le long de la frontière.

Avant la pandémie, les touristes américains injectaient près d'un milliard de dollars par année dans l'économie de Niagara Falls et de ses environs.

La ville de Windsor attire normalement près de cinq millions de visiteurs par année (dont 30 % en provenance des États-Unis), contribuant ainsi à l'économie à hauteur de 500 millions de dollars et soutenant 16 000 emplois dans le secteur. Les fermetures temporaires d'hôtels, y compris les Caesars, ont affecté des milliers d'employés à Windsor, ainsi que les dividendes de la ville provenant des revenus de la Société des loteries et des jeux de l'Ontario.

Des entreprises manufacturières du Sud de l'Ontario ont également soulevé des préoccupations en ce qui concerne la fermeture de la frontière canado-américaine puisque la majorité des activités manufacturières canadiennes sont réalisées sur le marché américain. Les retards à la frontière font en sorte que les entreprises américaines ne tiennent pas compte des devis des fournisseurs canadiens, ce qui a des répercussions sur leur capacité de confirmer de futurs contrats.

Le premier ministre de l'Ontario a exprimé à plusieurs reprises le soutien de son gouvernement relativement à l'approche du gouvernement fédéral concernant la frontière. Une coalition de quelque 13 communautés frontalières du Sud de l'Ontario, dont Prescott, Windsor, Fort Erie, Niagara Falls, Sarnia, Sault Ste. Marie et Fort Frances ont également indiqué leur soutien relativement au maintien de la fermeture de la frontière canado-américaine pour le moment.

Projets clés du FARR de FedDev Ontario

Enjeu :

Fiches d'information et exemples des projets clés du Fonds d'Aide et de Relance Régionale (FARR) de FedDev Ontario

Réponse suggérée :

Rue Principale Numérique

  • Le 11 juin, la ministre Joly a annoncé l'octroi d'une somme de 42,5 millions de dollars dans le cadre du FARR, par l'intermédiaire de FedDev Ontario, pour le programme Rue principale numérique, un programme créé par la Toronto Association of Business Improvement Areas (TABIA) avec le soutien direct de la ville de Toronto pour aider les entreprises de la rue principale à passer au numérique.
  • Grâce à cet investissement, les partenaires de la Ontario Business Improvement Area Association, de la Toronto Association of Business Improvement Areas, de Communitech et d'Investir Ottawa aideront plus de 21 900 petites entreprises de l'Ontario à orienter leurs activités vers des modèles commerciaux numériques, à récupérer les revenus perdus et à devenir plus résilientes et compétitives au fur et à mesure de la reprise économique, tout en créant des emplois pour 1 400 étudiants.
  • Entre juin et octobre, plus de 6 900 entreprises ont bénéficié de cet investissement et plus de 1 000 étudiants ont acquis une précieuse expérience professionnelle en créant des vitrines en ligne et en offrant des conseils personnalisés à de petites entreprises.
  • La plateforme de Rue principale numérique comporte trois grands volets offrant un soutien personnalisé aux entrepreneurs en fonction de leurs besoins, soit : Subventions pour la transformation numérique, Rue principale à l'épreuve de l'avenir et ShopHERE.
  • À ce jour, 635 petites entreprises dans 75 municipalités du Sud de l'Ontario ont reçu des subventions pour la transformation numérique pouvant atteindre 2 500 $. Le financement a également permis la mise en place d'équipes locales de services numériques faisant appel à des jeunes pour fournir des conseils personnalisés aux petites et moyennes entreprises (PME) en vue du passage au numérique.
  • Dans le cadre du programme Rue principale à l'épreuve de l'avenir, les partenaires d'exécution du programme ont mis sur pied 87 équipes de transformation composées d'étudiants et de jeunes diplômés spécialisés dans la conception Web, l'édition, les marchés numériques et la conception graphique, afin de fournir un soutien solide et des conseils détaillés aux entreprises.
  • Le programme ShopHERE a permis à près de 4 000 entreprises des rues principales de l'Ontario de créer des vitrines en ligne personnalisées avec le soutien d'étudiants embauchés dans le cadre du programme.
  • Le financement de FedDev Ontario pour ce projet vise spécifiquement les coûts associés à l'embauche et à la mise en place d'équipes d'étudiants, à la prestation de services consultatifs spécialisés et de séances de formation par Investir Ottawa et Communitech, des contributions non remboursables pour les zones d'amélioration commerciale (ZAC) et les municipalités afin d'assurer la mise sur pied d'équipes locales de services numériques, et du financement pour aider les entreprises à couvrir les coûts de mise en œuvre des éléments de leurs plans de transformation numérique.
  • Le soutien apporté par le biais de la plateforme Rue principale numérique aide des entreprises telles que le restaurant Golden Joy Hakka d'Etobicoke, qui a conçu un nouveau site Web basé sur l'intégration d'applications de livraison de nourriture pour soutenir le recours accru aux plats à emporter et à la livraison, le magasin de vêtements Sidonio situé dans le centre-ville de Guelph, qui a déplacé son offre de produits en ligne après avoir dû fermer ses portes en raison de la COVID-19, ainsi que Bitte Schon Brauhaus, situé à New Hamburg, qui a accru sa présence en ligne pour atteindre une clientèle plus vaste et faire ainsi connaître sa marque.

Association de l'Industrie Touristique de l'Ontario (AITO)

  • Le 31 mai, la ministre Joly a annoncé un financement de 30 millions de dollars dans le cadre du FARR de FedDev Ontario afin d'apporter une aide financière aux offices de commercialisation touristique (OCT) du Sud de l'Ontario, qui affichent un important manque à gagner.
  • Grâce à ce financement, l'AITO aide les 57 OCT du Sud de l'Ontario à lancer des campagnes de commercialisation spécifiques pour inciter les visiteurs à revenir dans leurs collectivités lorsqu'ils pourront le faire en toute sécurité, ce qui permettra de générer de nouveaux revenus pour les PME dépendantes du tourisme et de contribuer à la reprise économique locale dans les collectivités de toute la région.
  • L'AITO a pu commencer à verser des fonds directement aux 57 OCT avant la fin du mois de juin 2020, ce qui a permis à chaque OCT de disposer d'un budget de fonctionnement équivalent à 50 % de ses coûts de fonctionnement sur une période de six mois. Ce financement a été utilisé pour couvrir les frais de fonctionnement fixes, pour ramener le personnel licencié ou en congé, pour soutenir des campagnes de promotion du tourisme local ciblées (par exemple, l'initiative Stroll T.O. de Toronto pour encourager les résidents à explorer les différents quartiers de la ville), ainsi que diverses activités de commercialisation touristique.
  • Compte tenu de la situation actuelle et du début d'une deuxième vague, les campagnes de commercialisation ont été suspendues ou modifiées en fonction des mesures de santé publique. FedDev Ontario continue de collaborer avec l'AITO et les OCT afin de prodiguer des conseils.

Soutien aux communautés de langue officielle en situation minoritaire (CLOSM)

  • Le 9 juillet, la ministre Joly a annoncé un investissement de 4,5 millions de dollars, par le biais du FARR, dans trois organismes sans but lucratif afin de soutenir les petites et moyennes entreprises (PME) et les organisations du Sud de l'Ontario.
  • L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario et la Société de développement communautaire (SDC) de Prescott-Russell ont reçu une contribution combinée de 3 millions de dollars afin d'offrir du financement pouvant atteindre 20 000 $ aux PME et aux organismes sans but lucratif à vocation principalement économique, y compris les entreprises sociales et les coopératives sans but lucratif, situés dans des CLOSM, en vue de leur réouverture.
  • La Société économique de l'Ontario (SÉO) a reçu 1,5 million de dollars pour offrir des services consultatifs techniques ciblés pour les entreprises et les coopératives situées dans des CLOSM du Sud de l'Ontario.
  • Grâce à ces investissements, 460 organisations et PME francoontariennes obtiendront une aide financière pour l'acquisition d'équipement de protection individuelle (ÉPI), le passage au numérique et le réaménagement de leurs vitrines en fonction des mesures de distanciation sociale.

Soutien aux entreprises dirigées par des femmes dans le cadre de l'initiative « Reconstruire, Rouvrir, Raviver »

  • Le 17 juillet, la ministre Ng a annoncé l'octroi de 4 millions de dollars à la société d'aide au développement des collectivités (SADC) de Northumberland et à la Windsor-Essex Economic Development Corporation, en collaboration avec des partenaires régionaux, pour la mise en œuvre de l'initiative Reconstruire, rouvrir, raviver, qui vise à soutenir les petites et moyennes entreprises dirigées par des femmes dans les collectivités rurales et urbaines du Sud de l'Ontario. Les deux organisations ont reçu 2 millions de dollars sous forme de contributions non remboursables pouvant atteindre 5 000 $ afin d'aider plus de 700 entreprises dirigées par des femmes admissibles à faire face aux principales dépenses liées à la réouverture, notamment :
    • l'acquisition d'équipement de protection individuelle (ÉPI) réutilisable;
    • la reconfiguration des espaces de travail pour tenir compte des effets de distanciation sociale; et
    • le renforcement de la capacité en ligne pour améliorer l'accessibilité et le service à la clientèle.

Vous trouverez ci-après des exemples de l'impact du soutien direct offert par FedDev Ontario aux petites entreprises du Sud de l'Ontario dans le cadre du FARR.

Fieldless Farms

  • L'exploitation agricole Fieldless Farms, située à Cornwall, utilise les technologies de l'agriculture en milieu contrôlé pour cultiver, récolter et fournir des produits sûrs, locaux et plus durables, 365 jours par année. Fieldless Farms s'efforce de réduire notre dépendance aux importations en offrant une laitue durable, cultivée au Canada, tout en soutenant les emplois locaux et la croissance économique. Fieldless Farms prévoit également intégrer des technologies permettant de fournir des cultures vivrières supplémentaires telles que les épinards, le basilic, les baies, les tomates, les concombres et bien d'autres. L'entreprise était sur la bonne voie pour ce qui est d'atteindre ces objectifs puisqu'elle avait conclu une entente avec Farm Boy, en tant qu'entreprise de démarrage, mais la pandémie de la COVID-19 est venue compliquer la situation. L'octroi d'une somme de 91 977 $ dans le cadre du FARR l'aidera à faire face à ses coûts de fonctionnement fixes et lui permettra de continuer à remplacer les produits importés par des produits locaux, sûrs et durables.

Koppers Fishing and Tackle Corporation

  • La société Koppers Fishing and Tackle Corp, située à NiagaraontheLake, conçoit et fabrique des leurres et du matériel de pêche de haute qualité pour les pêcheurs à la ligne et le marché concurrentiel de la pêche, et vend ses produits sur les marchés nordaméricains et à l'international. Or, les restrictions associées à la pandémie de la COVID-19 ont entraîné une chute de ses revenus, les clients ne faisant plus de sorties de pêche pendant ce qui serait normalement sa saison la plus occupée. Le lancement du nouveau produit de la société a donc été reporté. FedDev Ontario a octroyé 170 148 $ par le biais du FARR pour aider la société à faire face à ses coûts d'exploitation fixes et à se positionner en vue de sa croissance, grâce à des plans pour augmenter les emplois, accroître les exportations et concevoir de nouveaux produits.

Real Time Medical (RTM)

  • La société RTM, située à Mississauga, offre des services de diagnostic à distance et des logiciels de productivité des flux de travail pour aider les radiologues à optimiser les soins aux clients. Elle dessert 30 hôpitaux du Canada. La pandémie de la COVID-19 ayant conduit à l'annulation de procédures de diagnostic électives, un investissement de près de 220 000 $ dans le cadre du FARR aide l'entreprise à s'acquitter de ses obligations contractuelles et à maintenir ses emplois.

Quality Models Limited

  • Quality Models Limited, située à Tecumseh, est une entreprise de fabrication de moulage par injection. Lorsque la COVID-19 a frappé, un grand nombre de ses clients ont arrêté la production, ce qui a entraîné une baisse significative des ventes. Bien que certaines opérations commencent à reprendre, l'entreprise rurale prévoit des difficultés continues pour ce qui est de générer des revenus alors que ses clients réévaluent leurs opérations. L'aide financière accordée par le biais du FARR lui a permis d'alléger certaines pressions sur les liquidités et de couvrir les coûts d'exploitation fixes dans le cas des produits dans le secteur de l'automobile et dans le secteur de la navigation de plaisance.

Promotion du tourisme à Niagara Falls

Enjeu :

Grâce au financement de l'Association de l'industrie touristique de l'Ontario (AITO), Niagara Falls Tourism a diffusé une vidéo pour encourager les gens à visiter les chutes du Niagara. Étant donné le début de la deuxième vague de la COVID-19, la vidéo a dû être adaptée en fonction de la situation et des lignes directrices actuelles en matière de santé publique.

Réponse suggérée :

  • Nous savons que l'industrie du tourisme est l'un des secteurs les plus touchés par la COVID-19, et nous travaillons sans relâche pour atténuer les répercussions sur l'économie canadienne.
  • Reconnaissance cet impact considérable, notre gouvernement continue de soutenir la reprise et la croissance de cette industrie importante par l'entremise du Fonds d'aide et de relance régionale (FARR) et d'autres mesures, tout en respectant la norme des mesures de santé publique la plus élevée.
  • Je serai très clair : la promotion du tourisme doit se faire conformément aux directives de santé publique.
  • Le financement accordé par FedDev Ontario, par l'intermédiaire de l'Association de l'industrie touristique de l'Ontario (AITO), visait à offrir un apport de liquidités aux offices de commercialisation touristique (OCT) du Sud de l'Ontario et à les aider à se positionner de manière à encourager les visiteurs à revenir dans les collectivités locales au fur et à mesure de la réouverture du secteur.
  • C'est l'AITO qui a déterminé le financement accordé aux offices de commercialisation touristique (OCT) et qui leur a fourni des conseils relativement à l'utilisation de ces fonds.
  • FedDev Ontario n'a pas visionné ni approuvé la vidéo en question avant sa diffusion.
  • FedDev Ontario a communiqué avec l'AITO pour insister sur le fait que toute promotion du tourisme doit respecter les plus récentes directives de santé.
  • La protection des Canadiens contre la COVID-19 est et continue d'être la priorité absolue de notre gouvernement.

Contexte :

Le gouvernement du Canada reconnaît l'impact majeur de la COVID-19 sur le tourisme. Il continue de soutenir la reprise et la croissance de cette importante industrie et il le fait tout en respectant les normes les plus élevées en matière de santé publique. La protection des Canadiens contre la COVID-19 a été et continue d'être la priorité du gouvernement du Canada. Nous continuons d'exhorter les Canadiens à suivre les directives en matière de santé publique dans toutes leurs activités.

En raison de la pandémie de la COVID-19, FedDev Ontario a accordé du financement à l'Association de l'industrie touristique de l'Ontario (AITO) pour soutenir la reprise du secteur touristique dans le Sud de l'Ontario. L'AITO a versé ce financement à des offices de commercialisation touristique (OCT) comme Niagara Falls Tourism, afin de les aider à encourager les visiteurs à revenir dans les collectivités locales au fur et à mesure de la réouverture de l'économie et lorsque c'est sécuritaire.

Étant donné que l'AITO offre une aide financière en notre nom par le biais de cet investissement, les bénéficiaires ultimes (OCT) doivent rendre des comptes à l'AITO et non pas directement à FedDev Ontario.

Le 5 octobre, un journaliste de True North a envoyé une demande de renseignements concernant la campagne publicitaire de Niagara Falls Tourism diffusée sur YouTube. FedDev Ontario n'avait pas participé directement à cette campagne et n'avait pas vu ni approuvé la vidéo avant sa diffusion.

L'Agence a contacté l'Association de l'industrie touristique de l'Ontario, qui a demandé à Niagara Falls Tourism de procéder à des ajustements en fonction de la situation et des lignes directrices en matière de santé publique. Niagara Falls Tourism a retiré la vidéo le 13 octobre afin de procéder à des ajustements, et a également retiré le logo du programme de l'image de marque du gouvernement fédéral afin d'éviter toute confusion sur le fait que le gouvernement soutient des campagnes ou des destinations de voyage spécifiques, particulièrement en cette période de pandémie.

L'Agence a également fourni des conseils à l'AITO à l'intention de tous les OCT afin de garantir que tous les documents et toutes les communications reflètent la situation actuelle en matière de santé publique et réitèrent les lignes directrices de santé publique locale. L'Agence a demandé qu'on lui fournisse des documents pour examen en attendant et elle continue d'offrir de l'aide et des conseils.

Un journaliste du Niagara Falls Review a également posé une question relativement à cette vidéo, le 13 octobre. Dans les deux cas, l'Agence a répondu pour clarifier la position du gouvernement en matière de voyages et faire remarquer qu'elle n'avait pas participé à la vidéo.

Répercussions économiques de la COVID-19 dans le sud de l'Ontario

Question :

Quelles ont été les répercussions économiques de la pandémie de la COVID-19 dans le Sud de l'Ontario?

Réponse suggérée :

  • Avant la pandémie, le Sud de l'Ontario était l'un des moteurs de la croissance économique du Canada puisqu'il était à l'origine de plus d'un tiers du PIB et de près de la moitié des activités de recherche et développement.
  • Or, en raison de la pandémie de la COVID-19, on prévoit que le PIB de l'Ontario diminuera de 5,5 pour cent en 2020, soit une diminution près de deux fois plus importante que la diminution survenue lors de la Grande Récession de 2008-2009.
  • Alors que l'économie avait commencé à se redresser, la deuxième vague continuera à avoir des répercussions pour les communautés.
  • L'impact sectoriel a été variable puisque certaines entreprises ont pu profiter des tendances découlant de la COVID-19, notamment l'augmentation du commerce électronique et du télétravail, alors que d'autres sont confrontées à une voie incertaine vers la reprise.
  • Le secteur manufacturier a été victime de la fermeture des frontières, des exigences en matière de distanciation physique et de la baisse de la demande dans les domaines de l'automobile et de l'aérospatiale. Au plus fort de la crise, le secteur automobile a perdu 30 000 emplois ont disparu dans le domaine de l'automobile et 5 000 d'entre eux n'ont pas encore été récupérés.
  • Le secteur des voyages et du tourisme en Ontario a été l'un des secteurs les plus durement touchés, et sera probablement celui qui mettra le plus de temps à s'en remettre.
  • La pandémie a frappé le plus durement les groupes sous-représentés et les populations vulnérables du Sud de l'Ontario, notamment les femmes, les jeunes, les néo-Canadiens, les Autochtones et les travailleurs peu qualifiés.
  • La dépendance locale face aux industries en difficulté, l'annulation d'événements, la fermeture des frontières et l'impact de l'augmentation du télétravail sur les centres urbains ont touché des communautés de toutes tailles dans l'ensemble de la région.
  • Nous traverserons cette situation extraordinaire ensemble, et notre gouvernement n'hésitera pas à utiliser tous les outils à notre disposition pour soutenir les Canadiens pendant cette période difficile.

Contexte :

Avant la pandémie de la COVID-19, le Sud de l'Ontario était l'un des moteurs de la croissance économique du Canada en raison de ses atouts essentiels et de ses forces dans les principaux secteurs de croissance.

La région a été durement touchée par la COVID-19 et la fermeture économique. On s'attend à ce que le PIB chute de 5,7 pour cent en 2020 par rapport à 2019, soit une diminution presque deux fois plus importante que la diminution survenue lors de la récession de 2008-2009.

Au plus fort de la fermeture, la région a perdu près de 1,2 million d'emplois et un quart de sa main-d'œuvre a subi la fermeture. L'emploi a connu une certaine reprise, mais le chômage reste élevé, soit 9,5 pour cent en septembre comparativement à 5,6 pour cent avant la pandémie.

L'économie s'est améliorée depuis le pic de la pandémie, mais la deuxième vague a provoqué une nouvelle hausse du nombre de cas quotidiens de la COVID-19 depuis septembre. En conséquence, les régions d'Ottawa, de Toronto, de Peel et de York ont réintroduit des mesures de confinement pour endiguer la propagation de la COVID-19, en fermant les restaurants, les gymnases et les salles de spectacle.

Le 7 novembre, l'Ontario a introduit un nouveau Cadre d'intervention pour la COVID-19, ce qui a donné lieu à l'assouplissement des restrictions dans les régions, ainsi que la réouverture de certaines entreprises à condition qu'elles respectent des mesures très strictes. Toronto restera dans la phase 2 modifiée jusqu'au 14 novembre, puis elle rejoindra le nouveau système.

En raison de la pandémie, la participation des femmes à la population active a atteint son niveau le plus bas depuis trois décennies et, en septembre 2020, les pertes d'emploi des femmes étaient 23 000 plus élevées que celles des hommes. Les femmes auront donc du mal à retrouver leur taux d'emploi antérieur à la pandémie.

La COVID-19 a un impact disproportionné sur les travailleurs peu qualifiés, dont près de 50 % d'entre eux ont perdu leur emploi dans le secteur de l'hébergement et des services de restauration au plus fort de la pandémie. Cette tendance a également eu un impact disproportionné sur les jeunes de l'Ontario (15-34 ans).

La pandémie touche toutes les communautés de l'Ontario, quelle que soit leur taille. L'ampleur de et la capacité de s'en remettre varieront selon les secteurs d'activité et les régions.

La capacité de rebond du secteur automobile, du secteur de l'aérospatiale et du secteur manufacturier sera tributaire des restrictions en matière de mobilité qui affectent les dépenses et de la fermeture de la frontière canado-américaine, qui affecte les exportations. En conséquence, Windsor a été l'un des marchés du travail les plus durement touchés au Canada en raison de sa dépendance à l'industrie de l'automobile.

Les restrictions en matière de mobilité et la fermeture des frontières ont également eu un impact majeur sur les voyages et le tourisme dans le Sud de l'Ontario. Par exemple, à Niagara, une destination touristique importante, une entreprise sur trois risque de fermer définitivement. Le retour aux niveaux de demande de 2019 n'est pas attendu avant 2023 dans le cas des voyages intérieurs et 2024 dans le cas des voyages internationaux.

Les zones rurales, qui ont tendance à dépendre des commerces de la rue principale, du commerce de détail et du tourisme, ont également été touchées et connaissent une augmentation de leur taux d'endettement, ainsi qu'un plus grand nombre de fermetures et d'autres perturbations.

Les tendances macroéconomiques, comme le commerce électronique, stimulent la demande dans le secteur technologique en pleine croissance en Ontario. Les « gagnants » comme Shopify et Wealthsimple sont en pleine croissance, alors qu'un certain nombre d'autres entreprises du secteur technologique risquent de faire faillite ou d'être rachetées par d'autres entreprises en raison de leur accès restreint à des capitaux.

Intervention de FedNor et des ADR face à la COVID-19

Question :

Comment FedNor est-il intervenu afin d'aider les clients, les entreprises, les collectivités et les industries régionales importantes après que les premières et potentielles répercussions de la COVID-19 sont devenues apparentes?

Réponse proposée :

  • FedNor contribue à livrer de nombreux programmes d'aide gouvernementaux COVID-19 dans le Nord de l'Ontario ce qui inclus :
    • Le Fonds d'Aide et de Relance Régionale (FARR) qui fournit une aide de 71,8 millions de dollars aux entreprises du Nord de l'Ontario;
    • La bonification du Fonds pour l'écosystème de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat (SFE) pour lequel FedNor a reçu 863 000 dollars pour offrir du soutien aux femmes entrepreneures qui ont été touchés par la pandémie.
  • À ce jour, le FARR a soutenu plus de 1 200 entreprises et maintenu plus de 3 400 emplois dans le Nord de l'Ontario.
  • Comme les autres ADR, FedNor reporte la plupart des paiements des clients au 1er janvier 2021. Cela permettra d'aider les clients à maintenir leur flux de trésorerie, à payer leurs factures et à survivre pendant cette période difficile.
  • FedNor appuie également « l'appel à l'action » du gouvernement en octroyant des fonds aux fabricants du Nord de l'Ontario pour qu'ils puissent produire des ÉPI et en les aidant à reconstituer leurs réserves d'outils et à s'adapter aux nouvelles exigences en matière de sécurité découlant de la COVID-19.
  • En mobilisant leur financement et leurs outils de programmation réguliers, FedNor soutient les entreprises qui ont été particulièrement touchées par cette pandémie. Il s'agit notamment des entreprises du secteur du tourisme, ainsi que des entreprises autochtones, appartenant à des femmes et dirigées par des femmes.
  • En plus de son soutien financier, FedNor mobilise activement les intervenants locaux pour s'assurer qu'ils sont aux courant des derniers programmes et services du gouvernement, tout en aidant au gouvernement à mieux comprendre leurs besoins en tant qu'entreprises du Nord de l'Ontario.
  • Alors que nous continuons à remédier aux répercussions de la COVID-19, FedNor continuera à travailler en étroite collaboration avec les collectivités, les intervenants et nos partenaires des SADC pour s'assurer que les collectivités et les entreprises sont prêtes à participer pleinement à la reprise économique de la région et du Canada.

Contexte :

FedNor a reçu à l'origine 49,5 millions de dollars du FARR pour le Nord Ontario :

  • 24 millions de dollars seront versés directement par FedNor;
  • 25,5 millions de dollars seront versés par les SADC.

D'après l'allocation initiale du FARR, la majorité des entreprises financées étaient des petites (5 à 99 employés) ou des microentreprises (1 à 4 employés).

Les entreprises touristiques représentaient la moitié des entreprises soutenues directement par le FARR, suivies des secteurs de l'approvisionnement et des services miniers, de la fabrication, du transport, de la construction et de l'agroalimentaire.

Le soutien de FedNor aux organisations à but non lucratif par l'entremise du FARR comprenait des projets avec les chambres de commerce et les organisations touristiques ainsi que des projets avec les associations industrielles et sectorielles.

FedNor a encouragé ses SADC à accroître leurs activités de prêt pour soutenir leurs collectivités rurales et éloignées pendant la pandémie.

Les deux projets régionaux de la SFE de FedNor ont reçu un financement grâce au supplément de la SFE. Les projets financés incluent ceux-ci :

  • Le programme Northern Ontario Women (NOW) : Soutenu par le Fonds pour l'écosystème de la SFE et administré par le Réseau de développement des collectivités de LAMBAC, le programme NOW stimule le démarrage et l'expansion des entreprises appartenant à des femmes et dirigées par des femmes en augmentant leur accès à des aides au développement d'entreprise offertes à l'échelle de la région.
  • Centre PARO pour l'entreprise des femmes : Avec le soutien de FedNor, PARO met en œuvre une stratégie de croissance pour aider les entreprises appartenant à des femmes à améliorer leur productivité, leur compétitivité, leur gestion intégrée, leurs relations et leur disposition à se développer et à exporter.

FedNor mobilise des partenaires pour s'assurer que les propriétaires d'entreprises et les entrepreneurs des communautés noires du Nord de l'Ontario seront bien desservis par le Programme pour l'entrepreneuriat des communautés noires.

Fednor – Mise à jour régulière de la programmation et secteurs clés

Question :

Pouvez-vous fournir une ventilation des investissements récents dans le cadre de la programmation régulière de FedNor, et faire le point sur les principaux secteurs économiques du Nord de l'Ontario?

Réponse proposée :

  • Depuis novembre 2019, FedNor a approuvé 58 millions de dollars pour 129 projets dans le cadre de sa programmation régulière. Ces projets devraient permettre de créer plus de 2 100 emplois et d'en préserver 800.
  • On prévoit également que plus de 1 400 entreprises seront créées, préservées et agrandies/modernisées grâce à ces projets.
  • Depuis le 4 novembre 2015, FedNor a approuvé 698 projets dans le cadre de tous ses programmes, ce qui représente un investissement de 245,6 millions de dollars et un coût total de 670,2 millions de dollars.
  • À ce jour, les projets achevés ont permis la création de 2 744 emplois équivalent temps plein (ETP), le maintien de 2 874 ETP, la création de 1 293 entreprises, le maintien de 1 869 entreprises et l'expansion ou la modernisation de 1 247 entreprises.
  • FedNor continue de concentrer ses placements en vue d'aider les collectivités à attirer et à conserver les entreprises, à appuyer les femmes entrepreneures, à bâtir une main-d'œuvre diversifiée et bilingue, et à encourager la croissance des entreprises autochtones.
  • FedNor a également investi dans une variété de projets liés au tourisme afin d'améliorer la position concurrentielle de la région dans ce domaine.
  • Pour répondre aux possibilités et aux défis du Nord de l'Ontario, FedNor continuera d'offrir des programmes ciblés qui répondent aux besoins des collectivités et des entreprises de la région.

Contexte :

La région est la plus grande productrice d'or, de métaux du groupe des platineux et de nickel au Canada. Elle est aussi reconnue pour sa concentration de services miniers solides et bien développés. Actuellement, 18 mines de métaux précieux (or et métaux du groupe du platine) et 11 mines de métaux de base (nickel, cuivre et zinc) sont opérationnelles. Le nord de l'Ontario abrite également plusieurs usines minières, fonderies et raffineries, et plus de 30 projets miniers avancés sont en cours.

Le nord de l'Ontario possède la majorité (76 %) des terres boisées de la province et fournit la plupart des produits forestiers de la province par le biais de scieries et d'usines de pâte à papier. Il y a 46 communautés qui dépendent particulièrement de l'industrie forestière dans le nord de l'Ontario.

Le nord de l'Ontario abrite une gamme diversifiée de manufacturiers, couvrant des sous-industries telles que les produits métalliques fabriqués, les produits du bois, la machinerie, l'alimentation et les meubles.

Le secteur agroalimentaire est également important pour l'économie, avec un grand potentiel dû en partie à l'augmentation des investissements privés, à plus d'un million d'acres de terres inutilisées, à des prix fonciers compétitifs et, avec les changements climatiques, à l'ajout d'une saison de croissance plus longue.

L'écosystème des sciences de la vie dans le nord de l'Ontario est composé d'un certain nombre de parties prenantes.

Les produits touristiques du nord de l'Ontario sont principalement axés sur le marché américain. La pêche et la chasse constituent un pilier traditionnel de la contribution économique du tourisme dans le nord de l'Ontario.

FedNor a plusieurs projets en cours pour soutenir la construction de communautés fortes et inclusives, y compris du soutien pour aider les entreprises appartenant à des femmes et dirigées par des femmes, les emplois pour les jeunes, et les entreprises et organisations des minorités de langue officielle.

La région compte 105 communautés autochtones. FedNor travaille avec ces communautés pour renforcer leur capacité à tirer profit des possibilités économiques découlant des investissements majeurs dans les infrastructures et l'industrie qui bordent leurs territoires traditionnels.

Répercussions de la COVID-10 dans le Nord de l'Ontario

Question :

De quelle façon la COVID-19 a-t-elle touché le Nord de l'Ontario dans son ensemble et dans quelle mesure les différents groupes démographiques et sociaux, les différentes collectivités et les différents secteurs ont-ils éprouvé ces répercussions?

Réponse proposée :

  • La COVID-19 a eu des répercussions différentes sur les collectivités dans le Nord de l'Ontario selon la diversification de leurs économies, leur dépendance à l'égard de secteurs stratégiques ainsi que le taux de relance de ces secteurs stratégiques.
  • Plus de 30 000 emplois avaient été perdus au printemps, comparativement à une pointe en août 2019. Bien que l'emploi avait rebondi dans une certaine mesure en septembre 2020, il accuse quand même un retard de 13 000 emplois comparativement aux niveaux de septembre 2019.
  • Le secteur du tourisme a été le premier touché et le plus durement, les répercussions s'étendant sur les secteurs des services, de la fabrication, de l'agriculture, de la foresterie, de l'exploitation minière et de la construction.
  • Alors que la crise se poursuit et que la frontière américaine demeure fermée, les entreprises touristiques saisonnières se montrent particulièrement préoccupées par l'éventualité de perdre toute leur saison 2020.
  • En plus des répercussions sectorielles, certaines populations ont été particulièrement touchées par la pandémie et sont vulnérables à l'avenir :
  • Quelques-unes des baisses les plus importantes ont été observées dans le secteur des services. Les femmes sont hautement représentées dans ce secteur, notamment dans le commerce au détail, le tourisme, les soins de santé et l'aide sociale.
  • L'emploi chez les jeunes a diminué considérablement; ces derniers représentent une source importante de main-d'œuvre pour les entreprises touristiques saisonnières. Ils représentent également la main-d'œuvre de l'avenir pour le Nord de l'Ontario.
  • Plus de 40 Premières Nations de la région ont déclaré l'état d'urgence en raison de la COVID-19.
  • Malgré le caractère essentiel de l'immigration pour la croissance de la main-d'œuvre qualifiée de la région, les dix établissements postsecondaires situés dans le Nord de l'Ontario ont signalé d'importantes réductions dans leur attraction des étudiants étrangers.
  • Malgré les répercussions de la COVID-19, l'économie régionale du Nord de l'Ontario a montré des signes de résilience.
  • Bien que les collectivités qui dépendent du tourisme demeurent durement touchées, et que les secteurs de l'agriculture et de la fabrication éprouvent toujours des difficultés, d'autres secteurs comme l'exploitation minière, la foresterie, et les sciences de la santé et de la vie observent des signes de reprise et sont prêts à saisir les possibilités.
  • FedNor continuera ses travaux pour appuyer les secteurs de croissance, tout en prenant des mesures lorsque cela est nécessaire pour soutenir nos collectivités et nos secteurs les plus durement touchés.

Contexte :

Le Nord de l'Ontario était déjà confronté à un faible taux de croissance de la population ainsi qu'à des pénuries de main-d'œuvre qualifiée prévues avant la pandémie actuelle.

L'économie du Nord de l'Ontario éprouvait déjà des difficultés avant d'être frappée par la pandémie. Depuis 2011, la croissance annuelle du PIB a été de moins de 1 %.

Le taux de chômage du Nord de l'Ontario a augmenté de façon constante, passant de 5,2 % en février à 10 % en mai. Le chômage chez les jeunes dans le Nord de l'Ontario est un problème aigu qui a été exacerbé par la COVID-19.

Selon le Conference Board of Canada, on prévoit que le PIB du Nord de l'Ontario devrait se contracter considérablement de 7,2 % cette année, sur les talons d'un gain mitigé de 1,1 % en 2019.

L'économie du Nord de l'Ontario a subi des répercussions importantes imputables à la COVID-19 :

  • 27 % des entreprises ont indiqué que leurs revenus du premier trimestre de 2020 avaient diminué d'au moins 50 % comparé à la même période l'an passé;
  • 66 % des entreprises ont indiqué être durement touchées par une baisse de la demande de leurs produits ou services;
  • 55 % des entreprises ont indiqué avoir été durement touchées par l'obligation d'annuler des services qu'elles offraient
  • 38 % des entreprises ont indiqué avoir mis à pied des employés.

L'emploi des jeunes dans le Nord de l'Ontario a diminué de 33 % en avril 2020 par rapport à avril 2019.

Trente Premières Nations éloignées dans le Nord de l'Ontario dépendent exclusivement du transport aérien et des routes d'hiver pour la prestation des services essentiels et la livraison des fournitures essentielles, ce qui a posé des défis importants.

Dans le Nord de l'Ontario, 61 % des ménages ont accès à Internet à des vitesses de 50/10 Mo/s. Il s'agit d'un taux inférieur de 27 % comparativement aux taux d'accès provincial. Dans le Nord de l'Ontario, l'accès varie grandement, avec des taux variant de 10 % (Manitoulin) à 94 % (Grand Sudbury). Le manque d'accès aux services à large bande a posé des difficultés considérables alors que les entreprises et les organisations à l'échelle de la région tentent de s'adapter au travail à distance, et au fur et à mesure que les étudiants effectuent la transition vers l'apprentissage en ligne.

Répercussions sectorielles – défis et possibilités

  • Tourisme – la dépendance à l'égard du marché américain; les fermetures des frontières; les attraits phares ont été durement touchés.
  • Agriculture – répercussions importantes sur l'industrie régionale de la pêche; augmentation des prix des aliments et pression accrue sur la distribution; la disponibilité d'une superficie considérable de terres agricoles attire d'autres investissements.
  • Exploitation minière – répercussions importantes précoces sur la productivité; les prix des métaux ont chuté, suivi d'une légère reprise; les projets d'exploration sont en suspens. Il existe des possibilités éventuelles dans ce secteur relativement aux projets de démonstration, de raffinage et aux autres activités à valeur ajoutée concernant les minéraux et métaux essentiels existant dans le Nord de l'Ontario, et leur utilisation éventuelle dans la technologie écologique ou propre.
  • Foresterie – augmentation des coûts de fonctionnement; répercussions aiguës sur les collectivités autochtones; défis relatifs à l'approvisionnement en bois d'œuvre; la demande demeure forte.
  • Fabrication – baisse la plus importante depuis 2008; interruptions de la chaîne d'approvisionnement et problèmes de transport; réorganisation afin d'atténuer les défis liés à la COVID-19.
  • Sciences de la santé et de la vie – même si l'investissement en capital de risque est à la baisse, on observe une croissance des possibilités novatrices pour la fourniture de produits et de services.

Répercussions de la fermeture des frontières sur le Nord de l'Ontario

Question :

La COVID-19 a des répercussions particulières et profondes sur le secteur touristique du Nord de l'Ontario et sur les collectivités de la région en raison de la fermeture de la frontière américaine.

Réponse proposée :

  • Dans le Nord de l'Ontario, le secteur touristique a été le premier touché, et le plus durement, par la fermeture de la frontière américaine en raison de la COVID-19. Un grand nombre d'entreprises saisonnières ont perdu la totalité de leur saison 2020, de nombreuses entreprises ne procédant même pas à une réouverture compte tenu de leur dépendance au marché américain. En l'absence d'une aide gouvernementale prolongée, beaucoup d'entreprises feront faillite.
  • Le tourisme contribue de façon importante au développement économique du Nord de l'Ontario. En 2018, le PIB du tourisme de la région s'élevait à 2 milliards de dollars, ce qui représente 5,3 % du PIB de la région. Le tourisme représente plus de 42 500 emplois dans le Nord, soit 11 % des emplois dans la région.
  • Les Américains représentent plus du tiers de toutFes les dépenses liées aux biens et services touristiques dans la région. Cela comprend environ la moitié des nuitées d'hébergement sur une base annuelle.
  • L'industrie touristique appuie également les aéroports et les transporteurs locaux et régionaux qui amènent des touristes dans la région.
  • Depuis le début de la pandémie, FedNor a appuyé 77 projets touristiques dans le Nord de l'Ontario, ce qui représente une contribution d'une valeur totale de plus de 11,46 millions de dollars. De ces projets, 67 ont été financés par l'intermédiaire du Fonds d'aide et de relance régionale (FARR) (10,34 millions de dollars).
  • Les Sociétés d'aide au développement des collectivités (SADC) ont également fourni une somme supplémentaire de 8,35 millions de dollars à 225 entreprises touristiques dans la région par l'intermédiaire du FARR.
  • FedNor a aussi réservé un financement de 5 millions de dollars pour fournir une aide d'urgence appuyant les collectivités touchées par le tourisme dans le Nord de l'Ontario.
  • À l'avenir, une aide continue pour les entreprises et organisations touristiques demeurera essentielle afin de les aider à survivre, à se rétablir et à répondre aux exigences émergentes en matière de santé publique, aux demandes des consommateurs et aux tendances en matière de voyages.

Contexte :

Le tourisme représente la troisième part de l'emploi la plus importante dans la région (après les soins de santé et le commerce de détail).

Une étude de recherche de Destination Canada en collaboration avec McKinsey portant sur les répercussions de la COVID-19 sur le tourisme a relevé que 120 collectivités dépendent du tourisme en Ontario. De celles-ci, 86 issues des régions dont le tourisme constitue le moteur principal de l'activité économique sont situées dans le Nord de l'Ontario. Autrement dit, 72 % des collectivités dépendent du tourisme de la province.

Les produits touristiques de la région ciblent principalement le marché américain et attirent les touristes qui s'intéressent aux expériences de plein air, comme la chasse et la pêche, les sports aquatiques, la randonnée et les événements sportifs. La majorité des visiteurs américains proviennent du Minnesota, du Wisconsin, de l'Iowa, du Missouri et de l'Illinois, dont la population est approximativement la même que celle du Canada tout entier.

La pêche et la chasse représentent un pilier de la contribution économique du tourisme au Nord de l'Ontario. Les exploitants de gîtes touristiques sont préoccupés par les répercussions de la fermeture de la frontière internationale, car les deux tiers des pêcheurs à la ligne du Nord de l'Ontario qui ont recours aux nuitées d'hébergement sont Américains (262 000). On estime la valeur annuelle du tourisme de la pêche à la ligne dans le Nord de l'Ontario de 500 à 700 millions de dollars.

La saison de la chasse à l'ours printanière de 2020 a été perdue, laquelle attire largement des touristes américains et génère des retombées économiques estimatives de 40 millions de dollars par année pour l'Ontario.

La saison des croisières de 2020 a été perdue également. Entre 2014 et 2018, on dénombrait en moyenne environ 9 000 croisiéristes par année faisant escale à deux, trois ou quatre ports dans le Nord de l'Ontario, ce qui représente approximativement 2,7 millions de dollars en dépenses directes. 

Dans de nombreux cas, les entreprises touristiques dépendent de la réception de dépôts provenant de visiteurs américains pendant les mois d'hiver afin de leur permettre d'apporter les améliorations nécessaires en prévision de la saison suivante; les entreprises ne prévoient pas recevoir de dépôts compte tenu de la fermeture continue de la frontière.

Il pourrait s'avérer difficile d'attirer des touristes nationaux en remplacement des visiteurs américains compte tenu de la deuxième vague et des pointes de la pandémie dans des régions cibles (p. ex. le Manitoba). En outre, les marchés intérieurs ont accès à des expériences semblables à proximité de leurs domiciles et ils représentent un marché beaucoup moins important.

FedNor se mobilise activement auprès des principaux intervenants du secteur du tourisme à l'échelle locale, régionale et provinciale en vue de fournir du renseignement sur le secteur aux décideurs politiques fédéraux, en plus de diffuser l'information sur les différents programmes du gouvernement du Canada pour les organisations et les entreprises touristiques du Nord de l'Ontario.